Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Coralie 01 Phase d'envol

Un homme mûr est amené à engager une assistante. Coralie a 28 ans, répond à toutes ses attentes, quand elle a une requête particulière. Première partie d'une histoire qui en compte 13 au total.

Proposée le 8/09/2016 par Larges Epaules

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: Bureau, travail
Type: Roman

Les aventures de Coralie
1. Phase d’envol.
Je m’appelle André, j’ai quelque peu dépassé la cinquantaine, et il me semble que la vie a été relativement clémente à mon égard. Je suis marié, père de trois grands enfants qui s’en sortent pas mal, quelques très bons amis, et les moyens d’assouvir mes modestes passions que sont la lecture et le bon vin. C’est une autre passion, le boulot, qui me permet d’équilibrer tout ce petit monde.

Bien entendu, les trente ans de vie commune avec ma femme n’ont pas été que faciles, mais nous avons globalement dépassé les épreuves, et je n’ai jamais éprouvé le désir d’aller voir ailleurs, si ce n’est en fantasme.

Je travaille pour un cabinet de consultance de réputation mondiale, spécialisé dans les processus de production industrielle, et j’ai développé avec mes collègues un centre de compétence spécifique à l’aéronautique qui compte parmi les plus performants au monde.
Dans le cadre du développement d’un nouvel avion, notre plus gros client nous demande de mettre en place une équipe de spécialistes chargés d’aider leurs fournisseurs (tier 1) mais aussi certains fournisseurs de leurs fournisseurs (tier 2) à s’assurer de leur effectivité maximale dans le processus de mise au point, fabrication, accréditation de leurs produits. Une tâche gigantesque sur 36 mois, d’une grande complexité, qui nécessitera la mobilisation d’une quarantaine de personnes dont j’aurai la responsabilité finale vis-à-vis du client.
Pour la période intense qui s’annonce, j’aurai besoin d’un bras droit dans ce projet. La personne en question se doit de montrer une grande disponibilité vis-à-vis du boulot, connaîtra au moins trois langues européennes, maniera l’informatique (mieux que moi), et sera idéalement passionnée par la tâche, car c’est le seul moyen d’y arriver. Bien entendu, nos niveaux de salaire sont élevés, et un succès de sa part dans le projet serait un sérieux lancement de carrière. Car bien entendu j’ai besoin de quelqu’un de jeune, mais pas trop : le modèle type c’est-à-dire 25 ans et quinze ans de carrière. Ah et enfin, condition essentielle : il faut que j’aie des affinités avec la personne, car nous allons nous côtoyer intensément pendant longtemps.
Forte de ce cahier des charges, la direction RH sélectionne 10 CV, internes et externes, et nous décidons d’en retenir trois pour un entretien. Le premier candidat a un parcours et cv impeccables, mais après 5 minutes j’ai compris qu’en fait il trouvait injuste que ce ne soit pas mon poste qu’on lui propose. Le second, en fait une seconde a le même genre de parcours, mais nous explique qu’elle est passionnée de plongée, et que son équilibre ne lui permet pas de se passer de six semaines annuelles dans les îles à admirer les petits poissons, au-delà des sports d’hiver bien entendu. Au fait il n’est pas impossible qu’elle soit enceinte, et quand bien même ne le serait-elle pas, elle a du mal à comprendre comment on peut – même momentanément – faire passer son boulot avant sa vie privée. Je lui dis que je comprends naturellement ses préoccupations, qui ne sont malheureusement pas les mêmes que les miennes, et lui souhaite bonne chance. Je lui suggère d’envisager un accouchement sous l’eau dans les tropiques au milieu des poissons, en évitant les zones à requins, un accident étant si vite arrivé.
Nous arrive ensuite Coralie, 28 ans, mignonne sans être une star, avec la posture caractéristique des filles ayant pratiqué la danse classique. Cheveux châtains mi longs retenus par une pince. Un tailleur classique qui semble avoir été cousu sur elle. Un léger maquillage, pas de bijoux si ce n’est une petite chaîne en or qui apparaît dans un décolleté très sage. La classe.
Elle travaille depuis trois ans à la concurrence ou elle a bossé sur des projets industriels dans un domaine un peu similaire au nôtre. C’est son premier boulot après une école d’ingénieurs.
Ses parents diplomates l’ont trimballée en Allemagne, aux USA, en Espagne, et elle parle donc quatre langues essentielles à notre projet.
La conversation se poursuit, et je lui demande ce qu’elle sait de nous. Elle nous sort alors une description assez précise du projet (sensé être confidentiel), et elle explique avoir appris que sa boîte avait été en compétition et qu’elle rêvait d’en être. C’est en effet après avoir appris que nous l’avions remporté qu’elle avait envoyé spontanément son CV. Elle indique aussi que le poste proposé (être mon bras droit) serait son rêve, car apparemment sa boîte actuelle savait que nous étions sur le coup, et savait que je serais en première ligne. Je voyais bien que cette « confidence » lui en coûtait, elle si réservée, mais j’ai aussi perçu qu’il ne s’agissait pas d’une basse flatterie de sa part, même s’il n’est jamais désagréable d’entendre qu’on a bonne réputation.
Je lui demande alors de nous expliquer la manière dont elle voyait son rôle. Elle indique d’abord se sentir un peu « légère » pour un rôle au premier plan, mais qu’elle serait ravie de m’assister dans un rôle de coordination et d’analyse au sein du projet.
Je lui explique ensuite comment j’imagine le poste, mes attentes et exigences, les avantages et inconvénients du job. Tout cela lui semble clair et naturel, et elle indique par ailleurs que la disponibilité ne sera pas un problème. Elle est en couple, mais n’a certainement pas l’intention d‘agrandir la famille avant quelques années.
Je pense que nous avons trouvé la bonne personne, me réjouis de sa présence dans l’équipe, et nous engageons officiellement Coralie. Nous lui demandons de rejoindre l’équipe dès que possible. Elle nous remercie les yeux brillants, ce qui ne manque pas de charme.
La première phase du boulot implique de nombreuses réunions internes et externes, et Coralie s’implique à fond dans ce projet. Je ne suis pas déçu du tout et la qualité de sa prestation dépasse mes espérances. Après deux mois nous avons acquis une vitesse de croisière, et nous commençons à nous comprendre sans parler.
Sur plan plus personnel, nous avons eu l’occasion d’apprendre à mieux nous connaître également. Elle a une relation avec un homme de son âge, qu’elle a rencontré il y a 8 ans déjà dans son école d’ingénieurs. Je comprends entre les lignes qu’ils sont heureux ensemble, mais qu’elle est un peu frustrée par certains aspects de la personnalité de son compagnon, qui en est encore à préférer les soirées foot, pizzas et bière avec ses potes. Elle aimerait mieux aller de temps en temps au ciné ou à l’opéra. Je comprends aussi qu’il a le sentiment d’être quelque peu délaissé par sa compagne qui a, il est vrai, a des horaires parfois infernaux.
Tout cela est exprimé avec une extrême retenue, et seulement quand Coralie trempe ses lèvres dans un verre de vin, ce qui est rare. Je vous ai indiqué que j’appréciais énormément le bon vin, que je ne bois qu’avec parcimonie. L’idéal eut été que Coralie soit amatrice également, mais je ne désespère pas : les jeunes se mettent souvent à apprécier le vin après trente ans.
Après quelques mois, j’ai senti que ma femme m’en voulait peut-être de passer autant de temps avec une femme aussi jeune. Ce n’était pas vraiment de la jalousie, car elle aurait senti immédiatement si quelque chose de pas net se passait. J’ai donc habilement suggéré que nous invitions Coralie et son compagnon un soir à la maison, ainsi que nos enfants (ils ont pratiquement le même âge) pour faire connaissance.
Ainsi fut fait…. Coralie et Matthieu vinrent à l’heure dite, et nos enfants Jean (26 ans) et Olivia (24 ans), tous deux autonomes et vivant à Paris, nous ayant rejoint.
Nous avons passé une très bonne soirée. J’ai eu l’occasion de voir qu’effectivement, Matthieu avait un penchant certain pour la boisson : apéritif, beaucoup de vin et digestif…. Il n’a par contre pas brillé dans les conversations variées, et, de manière un peu vicieuse, j’ai amené la conversation sur le club de foot de la capitale dont il est fan, en essayant de me rappeler du nom de ce joueur suédois au nom slave. C’était ce qu’il fallait faire pour éveiller le garçon, même si j’ai surpris chez Coralie une pointe d’exaspération…. Il est apparu par contre une connivence certaine entre Coralie et Olivia, ce qui me réjouit. Mon fils ne semble pas être insensible au charme discret de la même Coralie.
A la fin du dîner, quand tout le monde est reparti, ma femme me dit que j’ai de la chance d’avoir une telle collaboratrice, et qu’elle ne serait pas malheureuse de l’avoir comme belle-fille…. L’idée ne m’avait jamais traversé l’esprit, mais il est évident qu’elle mérite mieux que Matthieu.
Coralie et moi collaborons maintenant depuis presqu’un an dans une belle harmonie, et sommes efficaces…. Le bonheur ! Jamais je n’ai éprouvé pour elle de sentiment autre qu’amical et bienveillant. Le vieux routard que je suis sachant que mélanger sexe et boulot n’amène pas que du positif.
Nous en sommes arrivés à un stade du projet ou il faut remettre à nos « clients » une première série de résultats.
La réunion est prévue en Andalousie, au siège d’un gros sous-traitant et prendra toute une journée. Ce sera un vendredi de mai, veille d’un week-end prolongé. Nous y allons à six, Coralie est de la partie, et arrivons le jeudi soir pour démarrer tôt le vendredi. Nous avons encore l’occasion de finaliser la présentation le soir, et prendre un repas convivial, histoire de contribuer au « team building », aspect des choses que les agendas nous avaient empêché de faire suffisamment.
Notre réunion est un succès, le management espagnol s’engageant à mettre les choses en place plus rapidement que prévu et notre client est satisfait… Coralie a joué un rôle central dans la présentation, en convaincant nos interlocuteurs dans la langue locale. Je suis impressionné et ne manque pas de la féliciter, amenant un peu de rouge sur ses joues.
Arrive l’heure de quitter les lieux pour l’aéroport, et on nous prévient que l’aéroport local est en grève, et que notre vol est annulé. Il n’y aura pas de retour possible avant samedi après-midi ou même dimanche… Quatre d’entre nous décident de louer une voiture pour Madrid, dans l’espoir d’y trouver une connexion pour Paris. Je décide de rester en attendant le vol suivant, et Coralie hésite encore entre rester ou rejoindre Madrid avec les autres. Je lui indique que je compte explorer la côte toute proche le lendemain, qu’elle est la bienvenue, mais que je comprendrais très bien qu’elle préfère rentrer au plus tôt. Elle n’aime pas trop les longs trajets en voiture, me dit-elle, et préfère m’accompagner si cela ne me dérange pas.
Nos conjoints prévenus, nous retournons à l’hôtel pour y louer deux chambres pour une ou deux nuits.
Nous passons par le centre d’une petite ville toute proche, histoire d’acheter des vêtements plus seyants pour ce demi week-end en perspective.
Il fait encore chaud vers 18 heures, mais décidons d’aller nous promener dans la nature locale. Nous pensions y voir des taureaux et peut – être des oliviers, mais nous sommes tombés sur d’immenses étendues de riz, d’un vert tendre à cette époque de l’année. Nous sommes un peu poussiéreux après la promenade et une douche s’impose avant de se retrouver pour la soirée.
Plutôt que reprendre la voiture sans trop savoir ou aller, nous décidons de passer une seconde soirée à l’hôtel et son restaurant ou j’avais repéré la veille une série de beaux crus.
Coralie semble très détendue, ce qui doit être l’effet de sa très belle prestation de la journée, mais aussi des conditions idéales de la soirée.
Elle me parle de ses différentes expériences d’enfance dans tous ces pays, de ce qu’elle a aimé et détesté le plus. J’en arrive à évoquer mes souvenirs d’enfance et de jeunesse, de mes doutes et hésitations, passés et présents.
En passant à table, Coralie me demande de bien vouloir lui expliquer le vin, en me disant qu’elle aime ça, même si elle ne supporte pas très bien l’alcool. J’accepte bien entendu, en lui indiquant que je suis intarissable sur le sujet et qu’elle ne doit pas hésiter à me couper si elle en a marre. Cela la fait rire, et elle dit qu’elle le fera sur le vin, mais ne se l’autorisera pas dans nos conversations professionnelles, car on n’interrompt pas un gourou… Comment se fait-il que je ne découvre que maintenant que cette fille a de l’humour ?
Le choix de vins au verre est large, et nous goutons environ 8 vins. Nous avons bien mangé et les 8 verres, que j’ai demandé de numéroter pour mes notes, sont largement entamés.
Coralie semble tout d’un coup renfermée avec des larmes au coin des yeux.
- Quelque chose ne va pas Coralie ?
- Non, simplement que je suis un peu fatiguée.
- C’est sans doute aussi tout ce vin…
- Oui sans doute, mais j’aimerais vous parler de choses un peu personnelles, si je peux.
- Bien entendu, dis-moi…
- Il y a que je ne me sens pas très heureuse dans mon couple et cela me rend triste
Aïe ! Nous voici sur un terrain glissant….
- Tu sais Coralie, je ne suis sans doute pas la meilleure personne pour cela, mais tu peux m’en parler si tu veux.
- Si, je crois que vous êtes la personne la plus indiquée…
Coralie prend alors un verre de vin et le boit d’un coup. Je comprends qu’elle chercher à se donner du courage.
- Matthieu et moi vivons un peu l’un à côté de l’autre, et partageons de moins en moins de choses. Il y a ce football débile, ses copains pleins de bière qui font des concours de rots et de pets, et aussi son manque d’intérêt pour tout le reste.
- Tout le reste ?
- La culture, les échanges, les voyages, moi…
- Bien… Tu ne crois pas que c’est une mauvaise passe dans ton couple ? Ce genre de chose arrive à tous et finit par s’arranger.
Elle fait mine de prendre un autre verre de vin, et j’essaye de la raisonner.
- Laissez-moi boire, j’ai autre chose à dire…

Je ne vois pas cela d’un très bon œil, mais nous sommes à 50 mètres des chambres. Au besoin je pourrai la porter.
- Il y a aussi que je n’ai plus joui depuis deux ans. Matthieu me fait l’amour régulièrement mais n’accorde aucune attention à mon plaisir. Tout ce qu’il veut c’est tirer un coup, et s’endormir après. Parfois il ronfle, pas seulement quand il a bu trop de bière.
Elle avale le second verre…
- André, j’ai un plaisir à te demander (c’est la première fois qu’elle me tutoie)
- Dis toujours….
- Pourrais-tu me faire jouir et m’apprendre à m’occuper d’un homme ? Je pense que c’est nécessaire.
Catastrophe… Nous voici dans une forme de cauchemar.
- Coralie, nous ferons comme si cette soirée n’avait pas existé. Je vais te raccompagner, et demain tout cela sera oublié.
Je me lève pour aller régler la note, en en revenant à la table, je réalise que Coralie a fluté un troisième verre. Elle est maintenant recroquevillée sur son siège, pleure à chaudes larmes. J’imagine qu’elle n’arrivera pas à marcher seule. C’est plus grave, elle ne parvient pas à se lever non plus. Je la prends donc dans mes bras et la traine vaille que vaille vers l’ascenseur. Elle pleure toujours comme une madeleine, et me supplie d’entrer dans sa chambre avec elle. Je l’amène à la salle de bains et lui passe la tête sous l’eau froide. Elle n’est pas encore capable de marcher. Je la porte sur son lit et ramène une serviette que je place sous sa tête.
J’entre ensuite dans ma chambre, à côté de celle de Coralie et j’essaye de me calmer. Une douche est la bienvenue, et j’entends Coralie dans la chambre à côté remettre cœur sur carreau. Moins de vin dans l’estomac ne lui fera pas de mal.
Je me couche, et repense à tout cela, en me disant que j’ai peut-être été bien bête de ne pas commencer l’initiation…. Une autre occasion de ce type-là ne se représentera sans doute jamais. Mais je pense aussi aux conséquences de tout cela, et tout ce que je pourrais foutre en l’air.
J’ai allumé la télévision car je n’arrive pas à dormir. Deux heures ont passé depuis le petit drame. J’entends frapper à la porte, que je vais ouvrir. Coralie est là, à pieds nus dans un peignoir de l’hôtel, et me demande d’entrer. Elle a l’air beaucoup plus lucide, mais a toujours les yeux pleins de larmes.
- André, je vous demande pardon.
- Accordé, c’était un moment d’égarement.
- Je suis venue vous voir, car je n’ai pas renoncé à mon idée de tout à l’heure. Je pense que vous êtes la seule personne qui puissiez m’aider à sortir du trou.
- Ne sois pas ridicule. Je suppose que tu dois bien connaître quelques hommes de ton âge prêts à te rendre ce genre de services…
- C’est vrai, mais une aventure avec un jeune serait tromper Matthieu, et je veux continuer avec lui. Ce que je veux c’est apprendre à pouvoir le rendre heureux au lit. Je n’ai connu que lui et cela ne marche pas. Je vous admire, André, et j’ai connu une période extraordinaire de ma vie avec vous. Vous m’avez appris beaucoup déjà, je vous en prie, aidez-moi encore, je vous promets que cela ne portera pas à conséquence.
Elle ouvre le peignoir et se dirige vers moi en pleurant… Le peignoir est par terre et je découvre une lingerie d’adolescente, dans le style petit bateau avec un petit nœud sur la culotte.
J’avais décidé que toute cette histoire était ridicule, mais il faut bien avouer que mes dernières défenses étaient tombées. Je prends Coralie dans mes bras, et commence à la caresser sur les épaules et dans le dos. Ses sanglots diminuent, et son corps contre le mien s’apaise…
Nous nous sommes couchés, et j’ai commencé à l’embrasser doucement en lui disant que j’allais essayer de la rendre plus heureuse, à condition que cela n’influe pas sur notre vie professionnelle. Je serais trop malheureux de la perdre… Elle se tortille en tous sens, promenant ses mains partout sur moi.
- Ne sois pas trop pressée. L’amour c’est comme le vin, il faut pouvoir attendre pour le plaisir.
- D’accord Maître, montrez-moi…
- Si tu te moques, on ne va pas y arriver… Déshabille-toi.
- Non c’est toi qui le fais.
J’ai alors retiré ses sous-vêtements lignés beige et blanc, et découvert ses très jolis seins et un pubis abondant.
- Peut-être faudrait-il que tu rases ou entretiennes ta foret…
- C’est noté, dit-elle comme si je lui avais donné une instruction.
- Montre-moi comment tu te caresses.
- Je ne l’ai jamais tellement fait…
- Montre-moi…
Elle commença alors une sarabande effrénée avec sa main droite sur le pubis et plus bas. Après quelques instants j’ai compris qu’elle n’arriverait sans doute à rien comme cela. J’ai mouillé mes doigts et répandu la salive sur son clitoris, en la caressant doucement. Elle avait les yeux fermés, la respiration plus forte, et se mit à gémir doucement. Ce n’était pas de la simulation. J’en ai profité pour aller vérifier si elle était mouillée.

- Continue, caresse-toi… Doucement d’abord, très doucement, laisse toi emporter.
- Tu ne veux pas me faire l’amour d’abord ?
- Non, je veux d’abord que tu te fasses jouir, cela augmentera ton plaisir, tu verras. On n’est pas pressés… On n’est pas à la mi-temps d’un match de PSG.
- Arrête de me parler du PSG ou je t’appelle Ibra….
Coralie continuait à se caresser. J’étais allongé à côté d’elle, je lui suçais les seins, et l’embrassais. Parfois me venaient des flashes de culpabilité pour cette situation, mais j’en tirais aussi beaucoup de plaisir.
J’observais l’excitation monter en elle, et son bassin se cabrer. La jouissance était longue à venir, mais sans doute ne pratiquait-elle pas la masturbation régulièrement.
A un moment elle a voulu me prendre le sexe avec sa main libre et commencer à me masturber.
- Ne fais pas cela maintenant, on s’occupe de ton plaisir d’abord...
- Je ne viens pas…
- Longtemps que tu ne l’as plus fait ?
- Je ne me suis jamais caressée vraiment…
- Continue quand même.
J’ai alors mis un doigt dans sexe, puis deux… Elle a joui immédiatement en criant pour tout l’hôtel.
- Que c’est bon ! Merci.
- A ton service…
- Prends-moi maintenant, je suis très excitée…
- Doucement.... Je propose que tu prennes ma queue en bouche.
- Je ne suis pas experte.
- Tu es là pour apprendre.
Elle se mit entre mes jambes et a pris mon sexe en bouche, doucement d’abord, puis plus profondément. Elle allait trop vite, trop brusquement.
- Ralentis l’allure, prends ton temps. Retourne-toi, et mets ton sexe sur ma bouche.
Son sexe est un peu odorant, comme épicé. Je sens que ma langue lui fait de l’effet, car elle gémit à nouveau. Mes doigts excitent son clitoris encore sensible. Mes mains se promènent partout sur ses jolis seins et aussi tout près de son anus, dont je teste la résistance doucement. Je me sens venir et change la position.
- Reviens à l’endroit, je voudrais t’embrasser.
Nos bouches se joignent, mélangeant nos odeurs.
- André c’est très bon, je voudrais que tu me prennes.
- Mets-toi à quatre pattes.
- Je n’ai jamais pratiqué la sodomie…
- Il n’en est pas question pour l’instant.
Je me mets derrière elle et je vois son cul très désirable et son sexe ouvert entre ses poils. J’entre en elle doucement d’abord, puis plus loin, plus fort. Cela lui arrache un cri de surprise, mais elle commence à se tortiller, à bouger, avec ma queue à fond en elle. La sensation est fabuleuse pour moi aussi, à l’étroit dans son petit sexe. Nous restons ainsi une ou deux minutes et elle s’effondre avec la tête dans l’oreiller. Encore plus cabrée, elle s’offre à moi entière, son anus humide devant moi. J’y risque un doigt, doucement, et ses râles augmentent encore.

- Continue, je vais jouir, enfonce ton doigt plus loin.
C’en était fini l’instant d’après, j’avais joui en elle longuement et elle avait à nouveau crié son bonheur.
- J’ai pris un pied incroyable me dit-elle en m’embrassant tendrement le cou et le torse.
- Moi aussi, cela faisait longtemps avec une telle intensité, j’aurais dû baiser plus souvent mes assistantes.
- Ton élève a-t-elle le niveau ?
- Pas mal pour un début, mais il y a encore du travail !


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Gagg
Pas assez exitant
Posté le 14/11/2016

Aziz
Une très plaisante intro qui augure de beaucouo de desirs dans les prochaines lignes!!!
Posté le 10/10/2016

Anonyme
Exposition longue, j'ai préféré la fin ;)
Posté le 13/09/2016

voyageur
Prékude un peu long, mais final superbe
Posté le 12/09/2016


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Coralie 02 Phase d'envol
Coralie 10: Phase de descente vers Toulouse
Coralie 06 : Changement de cap prévu
Coralie 03: Les hôtesses entrent en piste
Coralie 04: Capucine monte à bord


Online porn video at mobile phone


histoire reelle de sexerecit erotiquesx erotique comvierge depuceleeil baise la copine de sa femmetonton baise sa niecevideo porn du joursexes enormeshistoire de sexe avec niecehistoire de sexe drolehistoire de sexe dialoguehistoire de sexe godotcandaulisme recithistoire de sexe entre frereshistoire de sexe puteunion erotiquephotos erotiques orgfantasmeurcouple erotiquecandauliste plagehistoire de sexe colocatairehistoire de sexe illustreehistoire de sexe pervershistoire de sexe au travailelle baise avec son gendrehistoire de sexe chez les paysanshistoire vecu de sexeil baise une inconnuhistoire de sexe d adohistoire vrai erotiquehistoires porno gaydxd histoire de sexehistoire de sexe piscineelle baise avec son onclerecits sexuelsrecits sexecousine coquinerecit gayrecit erotique lesbienhds erotiquearsenne histoire de sexeexhibition sexehistoire de sexe courteencule sa tanteexhibition sans culottetante chaudehistoires erotiques gayhistoire de sexe mere filshistoire de sexe vecuhistoire de de sexebaise salle de sporttextes erotiquehistoire de sexe avec un inconnuhistoires de fesseeshistoire de sexe punitionhistoire sexe hardhistoire de sexe hotrecit erotique voyeurhistoire de sexe entre filleshistoire de sexe belle merehistoire de sexe insolitemenu histoire de sexecouple bi baisedepucelage douloureuxrecit coquinhistoire de sexe par datehistoire de sexe avec la voisineepouses offerteshistoire de sexe zoophiliesucer par une inconnuehistoire de sexe cousin cousinesexe exibitionhistoire bisexuelplage erotiquerecit pornographiquerecit sextante chaudemon pere baise ma copinerecit erotisuepremiere fois echangisteelle baise le voisinhistoire vraie de sexehistoire de sexe entre frereshistoire de sexe femme enceintefantasmeurenculer par sa femmesexe exhibitionhistoire coquineil baise une inconnuelecture ero en lignehistoire de sexe bureauhistoire de sexe entre amishistoires-intimes.comhistoire de sexe(s) (2009)les histoires tabousunion recitshistoire de sexe interactive