Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Emilie, une artiste en herbe

Cette histoire raconte comment j\'ai formé mon élève de terminale aux techniques de dessin, mais pas seulement au dessin.

Proposée le 9/01/2015 par appetitdogre

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Nympho, vicieuse
Personnages: FH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

Avant de commencer cette histoire, il me semble intéressant de me présenter. Je m’appelle Cédric, j’ai 32 ans, je suis brun aux yeux bleu et je mesure 1m80. Je suis plutôt bien bâti et les femmes de mon entourage disent que je suis très charmant. Après avoir suivi un cursus long dans une école d’Arts, je suis maintenant professeur d’Arts Plastiques dans un lycée.

Nous sommes en mai 2014 et la fin de l’année scolaire approche à grands pas. Je suis en cours avec une classe de Terminale et je tente de leur expliquer les rudiments du dessin d’observation. Déambulant de place en place pour corriger les erreurs de proportions, je m’arrête devant le bureau d’Emilie. Ce n’est pas vraiment la qualité de son esquisse qui me stoppe dans mon élan mais plutôt son décolleté plongeant. Je dois avouer que cette petite dégage quelque chose de très sensuel pour ne pas dire sexuel. Cette belle nana de 17 ans est grande, 1m75 environ. Elle a de longs cheveux blonds et de très beaux yeux vert. Elle arbore fièrement une poitrine énorme qu’elle ne cherche surtout pas à dissimuler. Son corps est assez fin et son postérieur légèrement rebondi est on ne peut plus excitant.

La cloche sonne, annonçant la fin du cours mais aussi la fin de la journée. Malgré tout, je ne peux détacher mon regard de ses nichons.
Souhaitant profiter un peu plus longtemps de ce splendide spectacle, j’entame la conversation avec Emilie.

- Eh bien Emilie, que comptes-tu faire l’année prochaine après le BAC ?
- Bah… j’aimerais bien faire les Beaux-Arts mais je ne sais pas si j’ai le niveau !
- As-tu préparé un book ? Avec des photos et des esquisses ?
- Non.
- L’entrée aux Beaux-Arts se fait sur concours, t’es au courant ? Si tu n’as rien à présenter au jury, tu vas te planter !
- Oui et en plus le concours d’entrée est en juin, je n’ai plus beaucoup de temps.
- Oui c’est vrai, mais il y a aussi un concours de rattrapage en septembre. A ta place, je tenterais celui de septembre. Comme ça, tu peux profiter des vacances d’été pour faire ton book. Non ?
- Oui peut-être !

Sur ces mots, elle rassemble ses affaires et prend congé.



Les semaines passent et les cours se poursuivent jusqu’au BAC. C’est mon dernier cours avec la classe de Terminal d’Emilie. L’heure de cours se déroule dans une ambiance plutôt euphorique car les vacances approchent. Une fois de plus, la cloche retentit et les élèves quittent la salle. Emilie se dirige vers mon bureau en me tendant une lettre.

- C’est ma mère, elle veut vous demander de passer quelques jours avec moi, chez moi.
- Ah bon ? Dis-je un peu surpris.
- Oui elle souhaite que vous m’aidiez à préparer mon book. Vous savez comment bien préparer le concours, non ?
- Euh, oui effectivement, mais…
- Vous serez payé ! dit-elle en m’interrompant.
- Mais ce n’est pas une question d’argent, je ne sais pas si…

Que voulez-vous répondre à pareille demande. C’est plutôt embarrassant car en général, un bon book est constitué en partie de nu esquissé au fusain ou à la craie grasse. Le sait-elle ? En a t-elle conscience ? Bon et après tout, si ça peut lui rendre service.

- Bon, répond à ta mère que je suis d’accord mais nous avons peu de temps pour parfaire tes connaissances. Il va falloir être assidue.
- Ok, quand venez-vous et à quelle heure ?
- Disons lundi 7 juillet à 9h00, ça te va ?

Elle acquiesce d’un signe de tête et part rejoindre quelques copines qui l’attendent un peu plus loin. J’en profite pour regarder son petit cul. Décidément, elle est vraiment bandante !


Jour J, je me présente à l’adresse indiquée dans la lettre. Emilie m’ouvre la porte et m’invite à rentrer. Elle est vêtue d’une jolie robe, assez courte, mettant en valeur ses longues et fines jambes.
Après quelques politesses et un café prit avec sa mère, nous nous dirigeons vers sa chambre pour travailler. Je lui installe un chevalet et sors de mon sac quelques fusains et des feuilles. En avant pour une séance de nu ! Je commence à me déshabiller tout en lui expliquant ma démarche et le but de l’exercice. Je conserve tout de même mon boxer pour éviter tout malentendu.
Toutes les demies heures, je stoppe l’exercice faire le point avec Emilie. Son approche du dessin est plutôt bonne même si son trait est encore hésitant et maladroit. Les formes sont assez bien maîtrisées dans l’ensemble. Ce n’est pas De Vinci mais c’est en tout cas recevable pour un concours d’entrée.

Midi arrive. J’enfile mes affaires et rentre déjeuner chez moi.

- Emilie, en attendant mon retour cet après-midi, profites-en pour peaufiner tes esquisses. OK ?
- Oui mais comment ?
- Fais marcher ta mémoire, c’est un bon exercice. Fais aussi marcher ton imagination, c’est très important quand on veut devenir artiste !

Il est 15 heures quand je reviens de ma pause déjeuner. Je m’installe sur son lit et lui demande de me rejoindre avec ses planches de dessins.
Cependant, mon regard est attiré vers plusieurs feuilles chiffonnées près de sa poubelle. Je lui demande pourquoi elle a sabordé une partie de son travail de la matinée. C’est à ce moment-là qu’elle se jette sur les feuilles en essayant de les dissimuler et en prétextant que ce n’est rien, que ce n’est pas grave et qu’elle recommencera plus tard.

- Montre-moi ! Dis-je sur un ton ferme.
- Non surtout pas ! Cela n’en vaut pas la peine, c’est nul.
- Eh bien laisse-moi en juger par moi-même, ça ne doit pas être si mauvais que ça ! Allez fais voir !
- Non… euh… mais je… ! Répond-elle en tremblant et en rougissant.
- Allez ! Dis-je en insistant.

Elle me tend alors les feuilles. Je les défroisse délicatement et regarde ce qui la fait tant rougir. Je suis interloqué, je ne sais plus quoi dire. Je ne sais même plus quoi penser ! Je me découvre complètement nu !
Emilie a bel et bien fait marcher son imagination comme je le lui avais demandé. Elle m’a doté d’un pénis de bonne taille. Elle m’a même gratifié d’une belle érection sur un de ses dessins.

- Mais, qu’est-ce qui t’a pris ?
-…
- Et le pénis en érection, pourquoi ?
- …
- Il n’est même pas à la bonne dimension en plus !
- Je m’excuse, je n’aurais pas dû.
- Tu es en manque ou quoi ?
- Non mais…

La pauvre est rouge de honte, elle n’ose plus me regarder. Je pense que la séance de l’après-midi va être dur.
Je me rends compte que j’y suis allé un peu fort et dans un élan de bonté, je décide de m’excuser.

- Excuse-moi Emilie. Tu n’as fait que suivre mes conseils.
- Je voulais simplement dessiner un vrai nu, comme aux Beaux-Arts.
- D’accord mais le sexe en érection ?
- Oh ça ? Bah disons que c’est un fantasme !
- Est ce que tu veux me dessiner complètement nu ?
- Euh… vraiment ?
- Oui si tu veux faire comme aux Beaux-Arts, je veux bien.
- Et pour l’érection ?
- Pardon ?

Ai-je bien entendu ? Et moi qui la croyais prude ! Cette petite n’a de toute évidence pas froid aux yeux. Que veut-elle exactement ? Et moi, que dois-je faire, elle ne me laisse pas indifférent mais bon quand même ! Je décide sans réfléchir de voir jusqu’où elle est prête à aller. Je me déshabille intégralement sous les yeux de mon élève. Elle n’en perd pas une miette. Elle louche littéralement sur ma bite.
Je reprends le fil de la conversation :

- Pour l’érection ? Eh bien, je te laisse faire.
- C’est à dire ?
- Tu as très bien compris, un homme bande si on s’occupe de lui ! Dis-je en lui prenant la main.

Sa main dans la mienne est d’une douceur juvénile. Je la caresse pour la rassurer sur mes intentions. D’un coup, je plaque sa main contre ma bite. L’instant est crucial, soit elle se prend au jeu, soit je prends une claque magistrale !

A ma grande surprise, elle entame un léger va et vient. Cette délicate attention fait prendre à ma bite une dimension plus qu’honorable. Je vois les yeux de cette petite cochonne briller comme ceux d’un enfant qui déballe ses cadeaux de Noël ! Elle accélère le rythme de cette délicieuse branlette. Emilie humidifie ses lèvres avec sa langue comme si elle s’apprêtait à déguster une confiserie. Je jubile ! Mon élève me branle comme une reine. Je sens l’explosion arriver et décide de me dégager de son étreinte. Je défais une à une les bretelles de sa robe et les fais glisser tout doucement. Je découvre alors deux grosses mamelles lourdes, volumineuses et sublimes. Je la félicite pour cette imposante poitrine qui me fait face. D’un sourire angélique, elle me remercie et avoue faire un 90F. Je n’en reviens pas. Ses seins sont une invitation à la luxure. Je les soupèse, les caresse, j’écrase entre mes doigts ses deux tétons. Elle crie d’abord de douleur puis halète doucement, manifestant son contentement. Je me penche sur elle et gobe ses nichons pendant que ma main libre prend possession de son intimité. J’écarte la fine bande de tissus qui lui sert de string et pose ma main sur son mont de Vénus. Son abricot est imberbe, sa peau est chaude et humide. Emilie dégouline d’envie, mes doigts sont rapidement recouverts de cyprine, m’invitant à une exploration plus poussée. J’introduis deux doigts dans sa chatte et presse son clito avec mon pousse. Ses yeux entament une danse étrange, tantôt fixes, tantôt révulsés. Son souffle devient court. Elle est maintenant envoutée, elle se déhanche sur mes doigts et j’ai l’impression qu’elle pourrait avaler ma main entière dans ses entrailles. Après quelques minutes de ce traitement, elle s’effondre sur son lit… la petite cochonne a pris son pied. Elle me regarde avec ses yeux de biche, elle a l’air satisfait.

- Merci pour cet instant magique, j’ai pris un pied terrible ! Si vous voulez, je peux vous masturber. Allongez-vous !

Je m’exécute alors et m’apprête à recevoir ma caresse sans dire un mot. Emilie a un aplomb assez déstabilisant et elle fait preuve d’une grande maturité sexuelle pour son jeune âge. Elle serre ma bite dans sa main et commence à me branler. Elle presse aussi mes bourses comme des citrons et accélère la cadence. Elle approche sa bouche de mon sucre d’orge et avale d’un coup mon gland. C’est un vrai aspirateur ! Ses mouvements de mains et ses succions de bouche font monter ma semence assez rapidement. Je la préviens de ma venue imminente et c’est alors qu’elle me masturbe énergiquement contre ses nichons. Dans un mouvement de bassin libérateur, je crache tout mon foutre sur ses splendides seins. Je suis sur un nuage. Je l’embrasse langoureusement et je lui explique qu’il est temps pour moi de m’éclipser. Je lui promets de revenir demain pour poursuivre nos séances de travail.


Fin de l\'épisode 01. La suite bientôt.
J\'attends vos commentaires.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
bon début, comme ca a deja ete dit mais cela manque quelque peu d erotisme dans les scenarios (lingerie, cadre environant,la mere ou autrui)et d ardeur dans les actes concrets mais suis tout de meme curieuse de lire la suite... Sacha une travestie passionee
Posté le 17/03/2015

Anonyme
un bon début mais à quand la suite???
Posté le 13/02/2015


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
La mère d'Emilie se tape son futur gendre
Le blé en herbe
Le blé en herbe, suite


Online porn video at mobile phone


histoire sexe aire de reposma femme est une putehistoire de sexe d adotemoignage erotiquehistoires taboosexe plombierrecits candaulismelivre erotique gratuithistoire de sexe femmesodomise par surprisehistoire de sexe adulterehistoire de sexe gynecohistoire gay soumistante coquinehistoires de sexesfessee erotiquehistoire de sexe avec une vieillerecit maturehistoire de sexe baise sur la piste de dansecocu soumisnouvelle erotiquehistoire de sexe pornoprend moi le culrecit coquinsexe de grouperecit 69histoire sexe aire de reposrecit de travestihistoire sexe en famillesado maso gratuitrecit de candaulismehistoire de sexe hardcoresex erotiquesucer par une inconnuehistoire etotiquehistoire femme soumisehistoire de sexe avec voisinehistoire de sexe femmerecits pornographiqueshistoire de sexe lesbiensite d histoire de sexemere fille nueshistoire de sexe candaulisterecit coquinlesbienne erotiquelitterature adulte en lignehistoire de sexe hardhistoire sexe boite de nuithistoires lesbienneshistoire taboue gayhistoire de soumisecouple bi baisehistoire de sexe sadomasoencule par sa femmehistoire de sexe sauvagehistoire de sexe au boulothistoire de sexe a la fermehistoire sexehistoire de sexe streaming vfhistoires de matureshistoire de sexe gangbangerotisme gratuithistoires erotiques lesbienneshistoire de dominatricesexe exibrecits erotiques doctissimohistoires cochonnescouple bije baise ma petite filleelle suce pour la premiere foispartouze entre amihistoire de sexe depucelagehistoire de sexe gang bangrecits de sexe