Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Valérie, parisienne et libertine

Valérie, femme dans la cinquantaine a toujours mené sa vie à son gré. Vie sexuelle active elle est bi et si elle soumet les femmes elle aimerait être soumise à un homme...

Proposée le 30/04/2021 par Divinmarkiz

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme soumise
Personnages: FF
Lieu: A la maison, intime
Type: Roman

Valérie Parisienne et Libertine

Crise sanitaire oblige, j’étais comme nous toutes, enfermée dans cette routine entêtante télétravail, repas, dodo !

Créatrice de bijoux, mes crayons, feutres, et dessins comme les réunions « zoom » rythmaient mes journées dans le confort de mon appartement parisien. Mes nuits, elles, l’étaient peu (rythmées) !
Célibataire, femme bi et libertine cela faisait 4 mois que ma vie sexuelle était en pause !

J’oubliais de me présenter ! Je m’appelle Valérie, 54 ans, encore appétissante (je pense). Je mesure 1,72m, un peu ronde, des seins de bonne taille, brune au teint mat, souvenir d’origines ibériques (pilosité comprise !).

Élevée à Paris dans une famille classique, je ne me suis jamais mariée. Après un collège de jeunes filles j’ai étudié dans une école d’art où je me suis spécialisée dans le design ; après une assez longue carrière chez de grands couturiers à créer des bijoux, il y a 10 ans j’ai monté mon cabinet. J’apprécie cette indépendance et sans être devenue une nouvelle Loulou de la Falaise je réussis bien ce qui me donne un certain confort et beaucoup de satisfaction.

Le sexe a toujours tenu une place importante dans ma vie avec les hommes bien sur mais j’aime aussi le corps des femmes et mes aventures saphiques sont nombreuses.
Elles ont débuté au collège où dès l’adolescence je m’enhardissais à attirer des filles dans mes filets ; période de baisers volés et caresses intimes dans les toilettes. C’est à 16 ans que j’ai prodigué mon premier cunni ; elle s’appelait Aline et avait le même âge que moi. Il m’avait fallu une belle dose de persuasion pour l’amener là ! Aline, élevée dans une famille de 5 enfants était profondément délurée et espiègle mais tout cela était enfoui sous son éducation stricte qui lui interdisait à son âge toute sexualité.
Nous étions amies et ses regards empreints de désir ne m’avaient pas échappées. Je me souviens de ce fameux jour où nous nous étions retrouvées dans les toilettes et sous le prétexte qu’il n’y avait pas de papier je lui avais demandé de m’en apporter. J’avais ingénument ouvert la porte et lorsqu’elle la poussa, je me tenais assise cuisses écartées, plus que nécessaire ; je saisis le papier qu’elle me tendit et m’essuyai avec une certaine langueur en tenant mes lèvres écartées. C’est en observant son regard que je sus que c’était le bon moment. Je me levai, fermai la porte et, encore déculottée je lui donnai un baiser fougueux et maladroit. Je la sentis fondre instantanément, se coller à moi. C’est moi qui pris les devants en introduisant ma main sous sa jupe ; il lui fallu un certain temps pour me rendre mes caresses mais une fois ces jeux de mains entamés elle se laissa aller.

Je me souviens qu’elle ait protesté, mollement, lorsque je me suis agenouillée et que j’ai collé ma bouche sur sa vulve pour la lécher sans doute sans grande finesse !
Nous sommes bien sûr allées plus loin quand Aline venait dormir à la maison ou le contraire tout ça sous le prétexte de notre amitié ou de nos révisions.

Aline est aujourd’hui une mère de famille et une femme qui réussit très bien ; nous déjeunons ensemble régulièrement comme de vieilles amies. Même si je sens bien qu’elle aimerait céder de nouveau, son statut de femme mariée comme son environnement social agissent cependant comme un frein, puissant.

Ainsi, déjà adolescente, je conduisais ma vie sentimentale comme je l’entendais. Cette liberté presque masculine était évidemment diversement appréciée et je traînais une réputation un peu sulfureuse au collège comme parmi mes amis. Je m’en moquais ! Bonne élève mes parents bienveillants et finalement assez ouverts faisaient taire ces rumeurs.
Seule la sœur Thérèse, principale du collège m’avait un jour sermonnée ; c’était une femme intelligente qui même dans son rôle dont elle ne se sortait jamais, savait employer les bons mots. « Prends toujours soin de toi et sois prudente. Les sens peuvent parfois t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. Songes-y ; si tu dois les suivre n’oublies jamais de rester clairvoyante ». Je me suis toujours souvenue de cette phrase.


Soumise avec les hommes, je préfère dominer les femmes encore qu’avec la bonne partenaire je me laisse parfois aller à partager les rôles.

C’est à l’âge de 35 ans que j’ai voulu assouvir mes envies de soumission. Si ces envies étaient très présentes il m’avait fallu du temps pour « sauter le pas » non pas pour des raisons morales mais simplement parce que je percevais le double danger celui, physique, de rencontrer la mauvaise personne et celui, plus intime, de pressentir que ces « jeux » pourraient être sans retour.

Au début des années 2000, les sites de rencontres fleurissaient ; inscrite sur plusieurs d’entre eux je partis à la recherche de ma première expérience de soumise.

Je me connais et savais que mon choix serait difficile ; dirigeante d’une équipe (certes petite) dans ma vie professionnelle, il me fallait accepter de lâcher prise, voire de m’abandonner et pour ça il fallait un homme avec une intelligence, un savoir-faire et des « manières ». On sait toutes que ça ne court pas les rues !

J’avais à l’époque une relation sexuellement intense avec Justine une femme de 50 ans, mariée et mère de famille. Sans vivre dans la « misère » sexuelle, Justine n’en avait pas moins de grandes frustrations. Elle avait depuis toujours le gout des femmes comme celui de la soumission comme elle me l’avoua vite.
Je la rencontrai dans un diner à Paris un soir de 2018 ; Justine, grande femme un peu ronde avait ce regard timide et gourmand que je connaissais si bien, celui d’une femme que je pourrais emmener vers d’autres horizons.

Nous avons longuement échangé ce soir-là sur nos vies, elle aimait les bijoux, un sujet sur lequel je pouvais être intarissable ; de fil en aiguille nous échangeâmes nos téléphones avec la promesse qu’elle viendrait visiter mon atelier. En nous quittant au milieu des autres invités, je l’embrassais en lui chuchotant que parmi mes bijoux je pourrais lui présenter aussi des bijoux intimes. Lorsque nous nous détachâmes de notre embrassade, je vis son regard qui se voulait choqué.
« A très vite ; j’ai hâte de découvrir toutes vos créations » lâcha-t-elle.
Justine m’appela dès le lendemain matin et vint le jour même prendre un café.
C’était l’été, et lorsque j’ouvris ma porte, elle se présenta avec une robe chemisier colorée mais un peu courte et le col ouvert plus que nécessaire.

Je la laissai au salon pour préparer les cafés et lorsque je revins elle se tenait debout le dos tourné, son regard sur les toits de la ville qu’elle découvrait depuis la porte-fenêtre ; le soleil l’entourait et je pouvais voir les courbures de son corps que la lumière découpait à travers le fin tissu.
Cherchait-elle à me provoquer ? Si c’était le cas je n’allais surement pas tomber dans ce piège, il fallait qu’elle sache dès maintenant qui dominerait.

Assise nous bavardions, je lui montrais me plus jolies créations, ses yeux brillaient ; comme beaucoup d’entre nous, elle aimait les bijoux. Après avoir vu, touché et essayé, colliers bracelets et bagues, il y eut un léger silence que je ne rompis pas, gardant un regard insistant sur ses yeux.

Elle bredouilla enfin : « Tu m’as parlé de bijoux intimes hier ; je suis intriguée qu’est ce que c’est ?
Posé sur la table basse se trouvait un écrin que je lui tendis.
« Ouvre-le ! »
Justine s’exécuta et j’ai savouré ce moment où, le visage empourpré, elle découvrit ce plug de métal doré, poli, serti d’une pierre de couleur.

C’était un test, soit elle refermait l’écrin et se retirait poliment soit elle restait ; sans jouer gros je reconnais que je la provoquais à dessein. Inutile de perdre trop de temps !

Elle ne partit pas !

« Tu te sers de cet objet ? » demanda-t-elle
-Oui régulièrement pourquoi ?
-Je voulais dire tu t’en sers pour toi ?
-Un peu pour moi, beaucoup pour les autres ?
-Tu t’en sers avec tes amants ?
-Non, avec mes amantes
Ce faisant je posais ma main légèrement à l’intérieur de son genou sur lequel j’imprimai une légère pression pour l’inviter à écarter les jambes ; elle ne résista pas.
Nous ne prononcions aucun mot, je retirai ma main et lorsqu’à ce moment elle commença à refermer les jambes je pris une voix sèche
« Tu restes comme ça »
Elle obéit, baissa la tête mais je pus voir ses yeux devenir humides.
« Maintenant tu écartes complètement tes cuisses »
J’appréciais ce moment ; Justine pris cette pose inhabituelle qu’aucune femme ne lui avait sans doute jamais imposée.
« Maintenant, relève ta robe et déboutonne-la »
Ses gestes étaient lents, un peu hésitants mais elle les fit.
Je pouvais voir ses seins un peu lourds comme je les aime ; elle portait une culotte blanche et sage.
« Écarte ta culotte et mets tes doigts dans ta chatte »
« Je ne peux pas faire ça Valérie, je ne peux pas
-Si tu ne peux pas, restons-en là »
Je me levai en attendant qu’elle fasse de même ; Justine resta assise, leva son regard embué vers moi, sans bouger.
Je m’approchai, lui caressai le visage comme un encouragement, pris sa main que je dirigeai vers son sexe ; elle se laissa faire et arriva à son but.
Son autre main écarta le fin tissu de sa culotte tandis que je voyais ses doigts pénétrer dans sa fente.
« Je ne peux pas me caresser devant toi !
-Je ne te le demande pas. Contente-toi de mettre 2 doigts dans ta vulve »
Je m’étais déplacée et maintenant, agenouillée devant elle je la regardais faire. Elle fit quelques va-et-vient.
« Donne-moi ta main »
Elle sortit ses 2 doigts qu’elle me tendit ; ils étaient comme je l’imaginais, mouillés et odorants !
Je les léchai longuement en la regardant ; j’aimais ce moment où elle commençait à lentement s’abandonner.
Je devais instaurer la confiance et la faire parler. Elle garda les jambes écartées sans que je le lui demanda.

« Parle-moi un peu de toi et de tes envies
-Je suis mariée depuis 24 ans et j’aime mon mari, mais notre « intimité » est aujourd’hui classique, en fait elle l’a toujours été.
-Tu as déjà eu des expériences avec des femmes ?
-Jamais, ça fait longtemps que j’en ai envie
-Tu me plais beaucoup et j’ai envie de te faire découvrir ces plaisirs-là entre autres
-Moi aussi tu me plais tu as l’air tellement libre !
-Je le suis depuis toujours
-Que veux-tu dire par entre autres ?
-Et bien j’aime les jeux de soumission ; tu vois ce que je veux dire ?
-Un peu, enfin pas très bien. Ca m’est arrivée de regarder des vidéos et même de lire à ce sujet
-Ah oui ! Qu’as-tu lu ?
-Pauline Réage bien sûr et même Sade !
-Et alors qu’en penses-tu ?
-Il y a dans chacun des passages très excitants mais je ne me vois pas bien encore entrer là-dedans
-Tu as honte, peur ?
-Les deux oui, honte bien sûr mais je vois bien que ce que tu viens de m’imposer, je ne l’ai pas rejeté alors là je suis un peu perdue
-Tu as aimé être un peu humiliée ?
-Beaucoup !
-Je peux faire bien pire lui dis-je avec une moue d’envie
Son visage s’éclaira d’un grand sourire
-Je n’ai pas de doutes là-dessus ! Tu as l’air tellement coquine !
-Parle-moi de tes peurs
-Je crois qu’avec une femme j’aurais moins peur, un peu quand même
-Peur d’avoir mal et aussi peur de ne pas satisfaire ma M…

Elle ne prononça pas le mot de Maitresse mais elle en avait déjà beaucoup dit.

-Tu y penses souvent à ces « jeux », tu y penses depuis longtemps ?
-Oh oui ! Je dis ça alors que je te connais à peine ! Mais ça fait si longtemps que j’y pense.
-Je comprends ; moi je l’ai su très vite et très vite aussi j’ai assouvi ces fantasmes mais tu n’es pas la première qui mouline tout ça dans sa tête ; tu sais la plupart ne font jamais rien !

J’en savais déjà beaucoup et comme toujours ce cheminement de mes consœurs me touchait.
Je m’approchais d’elle pour échanger un long baiser, passionné et intime.
Je pris sa main pour la guider vers ma chambre
-Aujourd’hui tu n’auras que du plaisir, la prochaine fois je commencerai ton éducation de soumise.
Allongée elle se serra contre moi.

Accroupie sur son ventre je caressai ses seins longuement avant de d’attraper ses tétons que je pinçai fermement mais sans violence ; je sentais sous mes fesses son bassin onduler comme je sentais ses tétons durcir sous la morsure de mes doigts.
Je m’accroupis sur son visage, écartais mes fesses pour poser mon petit trou sur sa bouche. Je sentis sa langue sans hésitation me lécher de haut en bas (bon début) avant de la sentir pousser pour me pénétrer. Justine savait se servir de sa langue comme de sa bouche !
Je me soulevai pour lui offrir ma chatte et me penchai pour lui prodiguer la même caresse.
Sa vulve me plaisait, un clitoris assez proéminent de jolies lèvres charnues, promesse de jeux intéressants ; Justine mouillait beaucoup et, à son parfum, j’imaginais bien que notre rencontre l’avait excitée toute la journée.
En la léchant, je descendis mes doigts pour la pénétrer tandis que de l’autre main je caressais son petit trou serré dans lequel j’introduisis un doigt, profondément ; elle y répondit en poussant ses fesses pour amplifier la pénétration. Je n’avais pas besoin de plus pour frayer un chemin avec un deuxième doigt. Je lui branlais le cul en la léchant et je la sentis vite partir dans un long et puissant orgasme que j’accompagnais du mien.
Lorsqu’elle accompagna sa bouche de ses doigts je ne pus retenir un écoulement que je l’entendis laper avec gourmandise .

Bonne pioche Justine !

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

beautyfrance.ru lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Une soirée chez Marc et Valérie
La Parisienne III
La Parisienne
La Parisienne IV
La Parisienne II



recit erotiquesrecit cocubelle mere histoire de sexerevebebe eroxstory histoire de sexelavements erotiqueshistoire erotiquehistoires de sexesrecits vicieuxhistoire de sexe baby sitterjeune fille erotiquehistoire de sexe voyeurhistoire de:sexerecit de baisehistoire erotique vecuehistoireserotiquesrecit lesbienmari candaulisterecits erotiques lesbienssexe exhibitionma femme baisee devant moiexhib plombierblog histoire de sexehds histoireshistoire de sexe zone rougetante neveu sexehistoire de sexe avec la voisinesecretaire salopehistoire de sexe colocatairepornodu jourma femme enculeehistoires erotiqueshistoire de sexe cousinedepucelage vaginalhistoire homme soumissoumise puniehistoire erotique belle soeurhistoire de sexe avec ma merehistoire de sexe mere et filletextes erotiquesexhib plombierexhib magasinpremier candaulismepremier fist vaginalrecit dominahistoire de sexe entre couplesrecits erotiques gayhistoire de sexe voisinehistoire de sexe adolescentecoquine a la plagehistoire de cul reelhistoire de lesbiennescocu soumisblog histoire de sexetexte erotiquessoumis a ma femmemon mari est candaulisteje baise ma niecepapa encule moipetite baise entre amishistoire de cul reelelle suce son beau frerecandaulismesmlkjhg39recit candaulistesexe pucellehistoires de fesseeshistoire de sexe bloghistoire vraies de sexerecit erotichistoire de sexe pokerhistoire de sexe vecueshistoire de sexe avec ma tantebelle histoire de sexehistoire de sexe femme murebdsmvar histoire de sexehistoire de sodomieelle baise son beau frereetudiante coquinehistoire premiere sodomiehistoire de sexe animalhistoire de sexe soumisehistoire de sexe violentconcours branletterecits pornographiques