Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Vivi a la bougeotte

Vivi Bourguignon est sauvée d'une agression par un gars impudent et agressif par l'ami d'une copine à elle. Elle veut le compenser de son acte courageux en couchant avec lui, mais cela ne se passe pas comme le garçon l'avait attendu...

Proposée le 30/04/2021 par Bruno Pouperque

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: FH
Lieu: Sauna, club, sexe shop
Type: Fantasme

Quand j'ai rencontré Vivi Bourguignon, j'avais presque dix-sept ans. Cela s'est produit par hasard. Ma sœur Flo voulait un jour que je l'accompagne au club de Jeunes de Bois-de-Breux dans la Rue de Herve.

Vivi a la bougeotte

Au début, je ne voulais pas. J'y étais allé deux ou trois fois auparavant. Par deux fois, j'avais essayé de draguer une fille pour la baiser dans les hautes herbes sur le terrain vague à côté du club de jeunes. A chaque fois, elles s’étaient moquées de moi et j’avais dû rentrer à la maison les mains vides et ma bite inassouvie. Heureusement, à cette époque, je niquais aussi deux copines chaque semaine, Tinette, la petite bouchère et Bria. Mais cela avait également pris fin. Les deux avaient trouvé un petit ami, et après cela, elles ne voulaient plus ouvrir leurs jambes pour moi.


Beaucoup de belles filles fréquentaient ce club de jeunes dans la Rue de Herve. Plus de la moitié, selon moi, y venaient pour se faire chouchouter par un mec. Je pensais que ce succès n'était pas là pour moi. À dix-sept ans, j'étais en fait trop petit pour mon âge et j'étais aussi encore trop gros. Par contre, j'étais fort, beaucoup plus fort que le garçon moyen de mon âge. C'était parce que mon père Jac me mettait au travail dans son entreprise de peinture. Je devais porter des tuyaux métalliques pour construire des échafaudages et des seaux de couleur pesant chacun plus de 25 kilos.


Flo a insisté un jour pour que je vienne à ce club de jeunes avec elle. Je ne savais pas pourquoi. C'était un peu étrange, cette demande. J'ai remarqué que Flo était nerveuse. Ma sœur m'avait souvent aidé, alors maintenant je lui ai rendu service et je suis allé avec elle au club de jeunes.


Très vite, j'ai su pourquoi elle m'avait demandé de l’accompagner. Nous nous sommes assis pour boire un verre à une table, Flo et moi avec une de ses amies nommée Vivi Bourguignon. Nous étions là depuis moins de cinq minutes avant qu'un gars ne vienne à nous sans y être invité. Il avait une tête de plus que moi et des bras musclés pleins de tatouages. Il a commencé à parler aux deux filles. Rien que des commentaires vulgaires ne sortaient de sa bouche. Il parlait de leurs tettes, de leurs chattes chaudes, de la taille de la grosse bite qu'il avait et de plein d'autres choses dégueulasses. Les deux filles semblaient connaître le gars, mais elles ne lui ont pas répondu et ont essayé de détourner leur regard de lui. Il a tenu bon un instant, pas longtemps. Parce que les filles n'ont pas répondu du tout à ce qu'il a dit, il s'est levé et est parti.


Flo m'a dit que le nom de cet homme était Mustafa Gückel et qu'il ne les laissait jamais tranquilles, elle et son amie Vivi, quand elles étaient au club de jeunes. C'est la raison pour laquelle elle m'avait demandé de venir avec elle, comme une sorte de garde du corps.


Entre-temps, Gückel s'était assis avec un autre gars sur un tabouret de bar. Cependant, il zieutait constamment les deux filles. Elles trouvaient ça embêtant, mais elles ont essayé de regarder Gückel le moins possible.


À un moment donné, Vivi Bourguignon a dû aller aux toilettes. Comme c'est souvent le cas avec les filles, ma sœur Flo est allée avec elle. Il semblait que Mustafa Gückel avait attendu ce moment. Il a sauté de son tabouret de bar et est également allé aux toilettes. Je ne savais pas quelle était son intention. Voulait-il aussi faire pipi? Je ne le pensais pas, et qu'il avait quelque chose de complètement différent à l'esprit.


C'était vrai. Soudain, j'ai entendu Vivi hurler et Flo a crié avec colère quelque chose que je ne pouvais pas comprendre d'où j'étais. Je n'ai pas hésité et je suis aussi allé aux toilettes.


C'était comme je le pensais. Dans le couloir des toilettes pour femmes, Gückel harcelait ma sœur et son amie. Il tenait Vivi de sa main gauche appuyée contre le mur et de sa droite il la pelotait entre ses jambes.
Je me suis posté derrière Gückel, lui ai tapoté l'épaule et lui ai demandé calmement:


"Ne veux-tu pas arrêter ça? Laisse ces filles tranquilles!"


Il a relâché Vivi et s'est tourné lentement vers moi. Il m'a regardé de la tête aux pieds, puis il a dit:


"De quoi tu te mêles, gamin? Va chez maman. Elle t’a fait des crêpes.”


Il a voulu se détourner de moi et attraper à nouveau Vivi. Il n'a pas eu ce temps. Je n'ai pas attendu une seconde cette fois, mais je me suis déchaîné et j'ai donné à Gückel un baffe dans l'estomac aussi fort que possible. J'ai mis tout mon poids derrière. Le coup l’a frappé durement et lui a coupé le souffle. Il s’est plié en deux avec un air incrédule dans les yeux. Je ne me suis pas arrêté là. Quand sa tête est descendue, je l'ai frappé de mon poing gauche droit sur le nez, tout comme je l'avais fait avec un de mes harceleurs à l'école. Gückel a également eu droit à une deuxième baffe, un uppercut sous le menton. Gückel a haleté et m’a regardé avec une menace dans les yeux. Je n'avais pas peur, mais je voulais absolument jouer sûr. J'ai levé ma jambe et je l'ai pilonnée aussi fort que possible avec mon genou entre ses jambes. De cette façon, j'ai frappé Gückel à plein dans ses couilles. Il a bâillé et a émis une espèce de gargouillement, et alors seulement il est tombé. Lorsqu'il était allongé par terre près des toilettes avec ses mains autour de sa bourse, il ne gargouillait plus. C'était un bruit un peu comme le pépiement des souris qui sortait de sa bouche maintenant...


Je n'ai pas voulu rester plus longtemps dans le club des jeunes. Les deux filles étaient d'accord avec moi quand je leur ai dit de ficher le camp. Nous avons tous les trois décidé de nous barrer afin de ne pas risquer que Gückel vienne nous trouver, peut-être avec son ami, s'il avait récupéré des coups que je lui avais donnés.


Une fois que nous étions dehors dans la Rue de Herve, j’ai voulu rentrer à vélo avec Flo. Mais Vivi m'a pris par le bras.


"J'ai peur de rentrer seule," a-t-elle dit. "Tu ne veux pas venir avec moi jusqu'à ce que je sois rentrée saine et sauve à la maison?"


Je l'ai écoutée et j'ai laissé partir ma sœur Flo seule.
Vivi Bourguignon habitait dans la Rue Nicolas Spiroux, non loin de la piscine de Grivegnée. Quand nous sommes arrivés à sa maison, elle m'a demandé si je ne voulais pas monter avec elle dans sa chambre pour un moment. Je n'étais pas sûr de ce qu'elle voulait dire par là, mais j'espérais qu'elle m'invitait peut-être à la niquer.
Cela s'est avéré être le cas. Une fois dans sa chambre, Vivi a enlevé ses vêtements en un clin d'œil. Elle n’était pas maigre et assez musclée, mais belle et appétissante une fois nue. Ses seins avaient un beau volume, et tout son corps était fort séduisant. Elle s'était rasé la chatte, mais ses poils pubiens repoussaient déjà.


Je me suis déshabillé et allongé sur son lit à côté d’elle. J’avais vraiment envie d’elle, et ma queue se tenait immédiatement comme un pieu, droit vers le haut. Pour mettre Vivi dans l'ambiance, j'ai commencé à jouer avec ses seins. Quand j'ai voulu sucer ses mamelons, elle a poussé ma tête de côté et a dit:


"Tu ne devrais pas essayer de me chauffer comme ça. Embrasse et lèche ma chatte, et surtout mon clit. Cela me rend terriblement excitée.”


J'ai fait ça. Cela a eu son effet, comme elle l'avait dit. J'ai touché sa chatte de ma main et j'ai remarqué que celle-ci était enflée et qu’elle mouillait abondamment. J'ai donc trouvé qu’il était temps de fourrer ma bite dans sa foune. Vivi pensait différemment. Quand elle a senti que j'allais enfoncer ma queue en elle, elle l’a attrapée et l'a tenue éloignée de son trou de baise.


"D'abord moi," dit-elle, en haletant. "Laisse-moi jouer un petit jeu avec ton zizi."


Ce jeu se résumait à utiliser ma bite comme une sorte de gode. Elle a frotté son clitoris avec ma verge dure, et de temps en temps elle l'a mise dans sa foufoune pendant un moment, a fait des va-et-vient avec, mais jamais très longs ou profondément dans sa fente.


Je ne sais pas dire exactement combien de temps le “jeu” de Vivi avec mon “zizi” a duré. Au début, ce n'était pas vraiment désagréable. Surtout quand elle mettait ma bite dans sa chatte et qu'elle montait et descendait avec avant de recommencer à frotter de mon gland sur son clit, j'ai vraiment aimé ça. Malheureusement, cette sensation agréable s'est estompée après quelques minutes. C'est parce qu'elle a frotté ma bite à travers le “chaume” de ses poils pubiens. Ça m'a piqué, et finalement j'ai eu une sensation de brûlure sur le bout de mon sexe.


Mais finalement, après que Vivi avait massé son clitoris avec mon gland pendant sept, huit minutes, elle est venue. Ses yeux ont tourné dans leurs orbites et de la salive a coulé de sa bouche. Elle n'a pas hurlé au moment de son orgasme, elle n’a même pas fait beaucoup de bruit. Ce que Vivi a fait entendre au moment de son extase m'a rappelé le genre de couinement que Mustafa Gückel avait produit après que je lui avais enfoncé les testicules avec mon genou.


"À ton tour maintenant," a dit Vivi, guidant ma bite dans sa chatte avec sa main. "Baise-moi maintenant."


Vivi n'a pas dû me le dire deux fois. Elle était allongée sur le dos, les jambes écartées et j'ai commencé à pomper dans sa crevasse. Elle était venue, c'est pourquoi je pensais que je devrais le faire aussi. Je voulais injecter rapidement mon sperme dans son trou de baise, mais cela ne s’est pas passé comme ça. Je n’avais pas compté avec Vivi Bourguignon. Elle avait d’autres projets. Peut-être avais-je monté et descendu en elle quatre ou cinq fois alors qu'elle était allongée sur le dos, lorsqu’elle se s’est soudain dégagée de moi et s’est mise sur les coudes et les genoux. Elle m’a présenté son cul et elle voulait que je la saute en levrette. Je n'avais aucune objection à cela. Je me suis également mis à genoux derrière elle et je me suis préparé à jouir en faisant mon va-et-vient. Cela a encore mal tourné. Après plusieurs allers-retours, Vivi m'a repoussé avec son cul. Puis, elle s’est levée du lit et se tenait à côté sur une jambe pendant qu’elle maintenait l’autre en l’air d’une main. Elle voulait que je la baise comme ça, debout, comme si elle était unijambiste. Voilà ce que j’ai fait. Ce n’a pas été facile. Je ne pouvais pas pousser trop fort avec ma bite dans sa chatte de peur que je ne la renverse, comme elle balançait sur une jambe. Puis, elle a remis son pied sur terre. Maintenant, je devais m'asseoir sur le lit et elle s'est accroupie jusqu'à ce que mon sexe soit à nouveau en elle. Je devais rester assis, et elle montait et descendait ses fesses avec ma bite dans son trou de baise. Après ça, encore une fois, elle a voulu que nous essayions une position différente qu’elle appelait “la brouette” et que j’ai trouvée fort fatigante.


À la longue, c'était très épuisant. J'ai commencé à transpirer fortement. Je me suis dit que ce n'était pas vraiment ce que j’aurais pu attendre en sautant Vivi. Elle avait vraiment “la bougeotte” en baisant.. Elle ne savait pas garder la même position de baise pendant plus d'une minute, ou peut-être qu'elle ne voulait pas?


Que Vivi continue à "faire la bougeotte", je n'ai pas aimé ça à la longue. Elle a essayé la moitié des positions du Kamasutra avec moi ce soir-là. C'est peut-être exagéré, mais encore et encore Vivi voulait quelque chose de différent. Finalement, elle a voulu que je me tienne debout près du lit. Elle était allongée en travers, ses jambes écartées. Ce n'était pas bien ce que j'ai fait, mais pour moi, la partie de baise avait duré assez longtemps. J'ai mis mes mains sur les cuisses de Vivi et je l'ai empêchée de bouger en la baisant. Il a fallu peu de temps avant que je n’éjacule mon foutre au fond de sa chatte. Elle était un peu en colère contre moi de ne pas l'avoir laissée continuer de changer de position. Je l'ai vu sur son visage et à la façon dont elle se mordillait la lèvre avec un peu de ressentiment.


Ce fut la première, et aussi la seule fois que j'ai pu baiser Vivi Bourguignon. J'ai pensé à elle pendant presque une semaine, mais ce n'étaient pas du tout des pensées plaisantes que j’avais. La croissance de ses poils pubiens avait irrité mon gland et lui avait donné une couleur fort rouge. Cette sensation de brûlure n'était pas très agréable. Chaque matin et chaque soir, je retirais mon prépuce le plus loin possible en arrière et je lubrifiais mon gland avec une crème après-soleil de Nivea. Cela a aidé et après environ une semaine, l’irritation de mon gland a disparu.


J'ai revu Vivi Bourguignon plus d'une fois, au club des jeunes, mais nous ne nous sommes plus jamais assis à la même table. Je l'ai aussi rencontrée occasionnellement en ville. Nous levions alors la main et disions "Salut!" l’un à l’autre, mais rien de plus.


De Vivi Bourguignon, je n'avais plus envie. Ce n'était pas nécessaire non plus. La façon dont j'avais donné une raclée à Mustafa Gückel a ébloui les filles qui venaient au club. A partir de là, j’ai eu l’effet d’un aimant sur la plupart. Avec un peu d’exagération, je pourrais dire que je pouvais sauter qui je voulais. Et je n'ai pas dit non à ce privilège non plus...

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

beautyfrance.ru lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :



sexe chez le gynecorecits erotiques incestehistoire de sexe mere et filshistoire de partouzehistoire soumisehistoire de sexe avec photoshistoire de sexe au bureauhistoire gros seinsvoisine enculeehistoire de sexe partouzemenu histoire de sexehistoire de sexe avechistoire de sexe strip pokerhistoire de sexe en imagerecits hothistoire de.sexehistoires smhistoires erotiques orgbaisee sauvagementrecit erotique travestivideo porn du jourphoto-erotique.orgrecit sexema mere me suce la bitebelle mere soumisehistoires libertinespute offerteil baise une inconnuehistoire de sexe audiorecit erotique gayhistoire de sexe infirmiereexibition sexepremier trio amateurhistoire de sexe en videohistoire erotiqueje dresse des salopespremiere levrettemes histoire de sexerecits coquinshistoire de sexe a plusieurselle se fait depucelerpartouze violentema cousine me branlehistoire de sexe femme marieehistoires soumissionsoumis a ma femmehistoire de sexe etudiantcandauliste a la plagerecit candaulistehistoires de soumissionhistoire de sexe forumhistoires erotiques lesbienneshistoires de sxehistoire premiere sodomierecit sodomierevebebe erohistoires tabouhistoire de sexe francaisplage erotiquelevrette erotiquema premiere pipepunition erotiquehistoire erotique orghistoire de sexe cousin cousinesex erotiquebaise avec ma tantehistoire de sexe hypnosecomment je suis devenue une putainhistoire de sexe avec ma fillehistoire de sexe echangismebranlette publiquehistoire de sexe illustreemon premier triosex erotiquesite histoire de sexehistoires de lesbienneshistoire de sexe adulteregai eroexhib coquinebaise colocatairehistoire de sexe pervershistoire de sexe avec belle mamanhistoire de sexe gay entre adosma femme en club echangistegang bang candaulistepremiere experience candaulistehistoire de sexe belle meresexe erotiquehistoire x gaycocu soumishistoire de sexe illustrehistoires de cocurecit sexhistoire de sexe soumiseerotiqehistoire de sexe avec mamie