Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Le Mâle pas encore dominant. Initiation entre cousin et cousines. 4

Après ma tante, je goûte à la chatte de mes cousines Apolline et Lucie. Elles aussi finiront la journée en ayant passé un cap. Mais le mien n'a pas l'air de leurs poser tat de problèmes, à ces chaudasse...

Proposée le 4/04/2021 par mlkjhg39

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Première fois
Personnages: FFH
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

Mes cousines se regardent et pouffent de rire quand soudain Lucie parle au creux de l’oreille de sa sœur. Je ne sais pas ce qu’elle lui a dit, mais Apolline s’éloigne et revient quelques instants plus tard avec un mètre de couturière et s’approcher de Paul pour lui mesurer la queue.
Je comprends que les filles ont envie de nous jauger. Nous ne sommes que des jouets sexuels pour ces demoiselles.
Elle mesure avec précision et beaucoup de sérieux la longueur, puis la circonférence et enfin, pour faire bonne mesure, les boules en les soupesant d’une main de l’un et de l’autre. Puis Lucie annonce le résultat à voix haute que note avec attention Apolline qui constate:
-Pour les boules, je ne me prononce pas mais pour le reste…16 et 13 Pour Paul et 26 et 17 cm pour Claude, y a pas photo… J’aurais pas cru qu’elle faisait autant ! Excuse-moi Paul, d’après ce que j’ai vu sur le net, tu es dans une bonne moyenne, c’est Claude qui est un phénomène.

Mais ça ne les rebutent pas et chacune d’elles y va de sa fellation. La seule différence, c’est qu’Apolline arrive à faire une « gorge profonde » à Paul alors que Lucie peut placer sa main droite sur ma hampe tout en frottant mon gland sur sa luette.
Elles savent si bien y faire qu’elles arrivent presque en même temps à nous faire jouir. Paul râle soudain et retire sa bite de la bouche d’Apolline pour se branler avec vigueur avant de faire couler sur son gland trois malheureuses gouttes de sperme blanc qui chutent à la verticale sur le sol.
Je fais de même mais Lucie se méfie et se recule un peu, vite rejointe par sa jumelle pour profiter de la douche.
C’est comme si je m’offrais totalement à elles, je me sens un peu défaillir quand une violente décharge électrique irradie tout mon être et surtout ma queue. Quelques secondes plus tard, je décharge… Ma lance crache violemment plusieurs jets en direction des jumelles placées en face de moi, mais aucun ne les atteint passant au dessus de leur tête, je redresse le tir et inonde tour à tour leurs visages rayonnants sur lesquelles des gouttes de mon sperme glissent lentement.
Paul est dépité de sa prestation et voudrait aller plus loin avec les filles mais tante Martine arrive sur ce fait et y met rapidement le holà :

-Eh ! Doucement jeune homme…c’est comme ça que quelque temps plus tard, je dois m’occuper de fille-mère sans compter le risque d’attraper une saloperie ! Aller ouste, que je ne vous revoie plus avant un bout de temps !
Penaud et la queue entre les jambes au propre comme au figuré, Paul remballe « son matériel » et repart chez lui.

Depuis, les filles ont l’habitude de se promener en minishort la poitrine à l’air, n’ayant plus rien à me cacher. Moi-même je suis constamment torse-nu et en short et elles ne se privent pas de se foutre de ma gueule, elles m’ont d’ailleurs surnommé « la crevette ».
Ce n’est que trois jours plus tard que Martine lança l’acte suivant :
-Vous vous êtes assez amusées avec l’instrument de votre cousin, maintenant il faut passer aux choses sérieuses ! Mais on va y aller en douceur car quand j’ai invité Claude avec, je vous l’avoue maintenant l’idée qu’il vous dépucèle, je ne m’attendais pas vu son physique à ce qu’il soit monté comme un âne. On se retrouve tous après le repas dans ma chambre pour passer aux choses sérieuses.
Les filles toujours aussi vicieuses se ramènent dans la chambre avec un string-ficelle et un petit top ultra moulant. Tante Martine entre revêtue d’un corsage pratiquement transparent mettant en valeur sa grosse poitrine et un jean déchiré aux jambes coupées le plus haut possible.
-Bien les filles ! Avant de passer à l’acte qui fera de vous de vraies femmes, il faut déjà chauffer le mâle, lui donner envie de vous, en un mot, le faire « bander ». Aller, au boulot…

Apolline s’approche de moi et commence à dégrafer mon short. Sa sœur a déjà les mains sur ma poitrine. Je relève son top, pose mes mains sur ses seins déjà gonflés de plaisir en lui suggérant.
-Lucie, j’aimerais caresser ton corps de haut en bas avec la langue.
Je l’effleure avec une main et commence à la caresser en pensant que c’est ma langue avant de téter les nichons de ma cousine qui deviennent durs. Je les pétris, les suce, les mordille sous ses roucoulements de plaisir. Pendant ce temps, Apolline a baissé mon short, ma queue devenue raide bondit vers son visage.
- Moi je te sucerais bien la bite ! Ce qu’elle fait en me branlant lentement avec ses deux mains.
Elle se laisse glisser entre mes cuisses, j’appuie doucement sur sa nuque, j’ai envie qu’elle me suce… Elle se penche et avale ma grosse prune, ses deux mains sur ma queue.
Quand Martine réalise que je suis au top, elle reprend ses directives :
-Apolline, étend-toi sur le lit sur le coté, Claude, positionne toi derrière elle et toi Lucie tu feras la mouche du coche. Tu prends sa queue et la positionne en face de la chatte de ta sœur en faisant bien attention que Claude ne s’enfonce pas trop loin.

Ma trique vient se coller sur ses reins, je pose une main sur sa hanche, me colle à elle et imprime des mouvements de coït, une main vient faire le tour de ma hampe, le moment est très agréable, je laisse faire Lucie qui dirige ma verge vers la foufoune de sa sœur dont elle écarte les lèvres pour trouver son clitoris qu’elle masturbe bien pour la faire mouiller. Ma queue s’impatiente et est encore plus dure.
Enfin Lucie positionne le bout de ma poutre au centre de cette chatte béante et la frotte longuement sur la vulve entrouverte. Apolline donne de petits coups de reins pour m’inciter à l’empaler, voulant savourer l’instant ou je vais la dépuceler.
Mon gland frotte déjà sur toutes les parties innervées de la porte de sa grotte inviolée. Elle ouvre la bouche avant de pousser un petit cri quand je la déflore, tachant de sang mon mandrin.
Je pousse plus loin mais la main de sa jumelle n’a pas lâché mon phallus. Son ventre est plein de ma virilité mais n’a pu absorber qu’une partie de ma puissante colonne, je donne des coups de reins pour la pénétrer encore plus loin mais Lucie est là et restreint toujours mes coups de boutoir désordonnés.
Rapidement je coulisse de mieux en mieux, un peu plus profondément à chaque aller-retour pendant qu’elle glapie de bonheur, avec l’envie mais aussi un peu de peur d’être défoncée par mon soc.
- Aaahhh ! Que t’es gros mais putain que ça fait du bien ! Baise-moi encore et remplis-moi de ton foutre ! Eclate-moi la chatte !
- Ouuii ! Tu es aussi salope que Martine, je vais te remplir de mon jus !

Je mets une main sur son épaule et l’autre sur ses fesses quand je sens ma queue se cabrer et devenir encore plus dure. Un premier jet percute son utérus suivit de nombreux autres tout aussi puissants remplissant son vagin, déclenchant chez elle un formidable orgasme.
L’extase de l’excitation prend fin, ma queue ramollie un peu et je me retire de sa chatte. Le précieux liquide suinte mais Lucie serre les lèvres intimes pour empêcher le sperme de sortir. Elle colle sa bouche sur la vulve de sa jumelle pour s’abreuver directement à la source de nos liqueurs mélangées.
Elle n’a toujours pas relâché mon engin en excitant le gland aux terminaisons nerveuses devenues hyper sensibles avec un de ses ongles.
L’excitation croit à nouveau et fait déjà redurcir ma queue.
Apolline a repris un peu ses esprits et me caresse les cheveux en m’embrassant sur les lèvres et vient soutenir sa sœur en soupesant mes burnes comme pour féliciter l’étalon de sa saillie.

Mais Lucie devient impatiente de rejoindre sa jumelle dans la longue liste des « vraies femmes ».
Elle me pousse sur le dos et commence par me lécher des couilles au gland, puis remonte mon corps pour glisser mon sexe entre ses seins, frottant ses tétons durcis sur mon gland impatient de la pourfendre, me faisant languir….
Lucie s’assied sur mon ventre, passe ses jambes autour de mes hanches et commence à onduler du bassin, frottant sa fente sur ma queue.
Je glisse mes mains sous ses fesses pour accompagner ses déhanchements, explorant ses rotondités à la peau très douce et ses trésors cachés.
Elle tient ma verge dressée en l’air et la frotte sur sa fente qui réclame son dû. Elle rampe un peu pour s’aligner au dessus de mon sexe, s’arrête à hauteur de la hampe.
Sa chatte s’ouvre naturellement quand petit à petit, elle fait disparaître en elle mon gland, puis hésitante, n’ose aller plus loin. Je ne peux résister et la dépucelle d’un seul coup de reins qui la soulève, faisant remonter mon mandrin jusqu'à son nombril en étirant au maximum sa gaine vaginale.
Elle hurle de douleur mais son cri perd vite de la puissance et devient un râle de plaisir qui réclame sa part de baise. Comme une amazone en furie, elle fait une véritable cavalcade sur mon corps uniquement retenue en selle sur sa monture par le trait d’union que forme ma verge entre nos pubis.

Je la laisse faire car Apolline requiert toute mon attention en me donnant sa chatte au parfum de foutre et de cyprine que je lèche avidement. Ma langue joue avec son clitoris gonflé pendant que mes doigts fouillent son intimité humide.
Elle n’en peut plus, et me supplie de la prendre mais la place est occupée par sa sœur. Lucie inonde mon bas-ventre plusieurs fois de sa cyprine mais n’arrête pas pour autant sa « chevauchée fantastique ».
Ces deux salopes arrivent à leur fin et je ne peux plus me retenir. Je graisse à son tour le conduit de Lucie effondrée sur mon corps. Quand elle trouve la force de retirer sa mortaise de ma cheville, un flot de foutre macule le drap trempé de nos sueurs.
Après un temps de repos, le cerveau de Lucie reprend du service et se rappelle de mes propos :
-Claude… Qu’as-tu voulu dire par, « Tu es aussi salope que ta mère » ?(enfin, sa belle-mère)
-Euh ! Ça veut pourtant bien dire ce que ça veut dire ! Demandez-lui plutôt…

A suivre…

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)

beautyfrance.ru lutte contre le plagiat pour protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette page est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être imprimée ou copiée.

© Copyright : Ce récit comme tous les autres sont protégés par le Code de Propriété Intellectuelle. Un nombre important d'auteurs nous ont donné l'exclusivité totale de leurs textes.

Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Le Mâle pas encore dominant. Initiation entre cousin et cousines. 3
Le Mâle pas encore dominant. Initiation entre cousin et cousines. 1
Le Mâle pas encore dominant. Initiation entre cousin et cousines. 5
Le Mâle pas encore dominant. Initiation entre cousin et cousines. 2
Le nouveau mâle dominant de la meute 2



lecture ero en lignehistoire de sexe francaishistoire de sexe hard violhistoire de cul reelhistoire de dominatricehistores erotiquesrecit sexehistoire de sexe il prete sa femmescenario erotiquesa tante le sucesexe chez le gynecodoctoresse lesbiennerecit porno hardhistoire de sexe mere filshistoire de sexe soumisrevebebe histoirepapa encule moihds histhistoire erotique frere soeurhistoire de sexe avec ma belle fillehistoire de sexe diane et laurentsoubrette nuehistoire de sexe humiliationsecretaire salopehistoire de sexe pere et fillerecit travestihistoire de sexe a plusieurhistoire sexe amateurhistoire de sexe smhistoire de grosse biterecits coquinshistoire de sexe cougarx story histoire de sexecocu soumishistoire de sexe sans tabouhistoire de sexe entre freresnaturiste poiluehistoire femdomsexe de groupesite sexeroman erotique gratuitrecits erohistoire de sexe hermaphroditerecit sexhistoire de sexe depucelagerecits erotiquehistoire de sexe doctissimoexhib au travailpunition sexhistoire de sexe 2016recots erotiqueshistoire maturerecits sexyrecit erotiqueshistoire de sexe xhistoire de sexe mots crushistoire de masturbationhistoire de sexe hermaphroditehistoire de sexe mrevebebe erotiquecandaulisme recithistoire erotique illustreehistoire de sexe punitionsexe punitionhistoire de sexe grosse bitehisoire erotiquelecture erotique gratuitehistoire erotique beurettesado maso francaishistoires coquineexhibition de ma femmebourgeoises soumiseshistoire de sexe homme