Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Les Prisonnières

Deux Jeunes Femmes sont prises aux pièges d'un malveillant personnage....

Proposée le 9/07/2015 par LeFou

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Femme soumise
Personnages: FFH
Lieu: Bureau, travail
Type: Roman

Peu avant 19 heures, le carillon retentit signant l'entrée d'un client. L'après-midi avait été calme et Mélanie, restée seule au magasin, commençait à désespérer de voir âme qui vive. La jolie métis de 22 ans commençait à avoir de la pratique dans ce métier mais ces journées particulièrement mornes demeuraient pénibles. D'une démarche légère elle se pressa vers l'entrée, ses talons aiguilles cliquetant sur le sol de la salle d'exposition. Le petit mini-short terriblement sexy quelle portait laisser voir la forme de son string et on voyait parfaitement son magnifique cul rouler. Elle avait combinée ce mini-short en jean avec son décolleté blanc. Les formes féminines de la jeune femme étaient accentuées par le caractère moulant de sa tenue. Elle portait de petits souliers noirs à fines sangles et à talons aiguilles qui laissaient voir ses orteils.
Un large sourire aux lèvres, elle découvrit avec surprise que le nouveau venu était un clown ! Un long manteau rouge vif, un gros nez rouge, un énorme nœud papillon jaune et des souliers gigantesques et une étonnante perruque rousse ébouriffée surmontée d'un tout petit chapeau constituent une tenue plutôt rare dans le magasin. Il souriait largement... enfin, c'est difficile à dire car son maquillage lui fait afficher un éternel sourire.

- Bonjour. Vous avez de la chance, c'est juste la limite. J'allais fermer.
- Ooooooh... vous êtes toute seule aloooooors ?
- Oui et vous êtes même mon premier client de l'après-midi...
- Quel dommaaaaaaage...
Les longs cheveux noirs de Mélanie lui arrivaient dans le dos et encadraient agréablement son joli minois. Ses grands yeux marrons luisaient et, rayonnante, elle souriait largement au clown. Il tourna la clé dans la serrure et retourna le panneau indiquant que le magasin est fermé. Puis il emmena Mélanie vers le comptoir en parlant.
- C'est honteux de laisser une si joliiiiiiiie jeune femme toute seule alors qu'il y a taaaant de choses à faire...
- Hi, hi, hi... c'est bien vrai.
Il avait passé le bras autour de la taille de la jeune femme en marchant. Arrivé près du comptoir, il devint soudainement extrêmement sérieux et fit brusquement pivoter Mélanie vers lui plongeant son regard dans les jolis yeux marrons de la jeune femme stupéfaite.
- Vous avez trouvé une petite valise, un attaché case... donnez-le moi.
-Mais... je... mais non...
Le clown lui asséna subitement une gifle retentissante qui étourdit la jeune femme, la faisant chanceler un instant.
- Je recommence, jolie demoiselle. Ce midi, dans le petit parc, vous avez ramassé un attaché case noir dissimulé derrière un banc.
- Oui ! ... oui... mais je ne l'ai plus. Répondit Mélanie en se frottant la joue. Le clown fit mine de lui donner une seconde gifle.
- Où est-il alors ?- Je... je... j'étais avec Anouk, une amie. C'est elle qui l'a pris. Je ne l'ai pas.
Le geste du clown resta en suspens pendant les quelques secondes de sa réflexion.
- Fort bien... nous allons l'appeler alors... dit-il en plongeant la main dans la poche de son manteau. Mais nous avons d'abord quelques agréables précautions à prendre avec la gentille demoiselle... ajouta-t-il en posant plusieurs cordes soigneusement roulées sur le comptoir.
* * *
Je m'apprêtais à sortir. J'avais pris mon sac et contrôlais ma tenue une dernière fois d'un regard dans le miroir. Aujourd'hui je suis toute en cuir ! Ce n'est pas la norme, mais j'affectionne ces tenues moulantes. J'ai souri en me voyant en mini short de cuir fin et avec mes cuissardes a talons aiguilles. Ce short noir est du genre hotpant ultra moulant et les bottes sont assorties. Mon bustier de cuir fin, fixé par de fines bretelles, est lacé sur le devant et montre clairement que je ne porte pas de soutien. Cheveux noirs, yeux marrons, blanche éclatante, les jambes élancées, des formes parfaites, je me trouve terriblement belle. J'avais déjà ouvert la porte quand le téléphone s'est mis à sonner. Je trotte vers l'appareil.
- Allo.- Anouk, c'est Mélanie.
- Ah, Mélanie, ça va... depuis ce midi ?
- Tu as toujours l'attaché case que nous avons trouvé dans le parc ?
- Oui, il est là... mais il est fermé à clé et il y a une combinaison... je n'ai pas pu l'ouvrir.
- J'en ai besoin. Apporte-le moi vite. Je suis au magasin.
- Mais... j'allais sortir.
- Passe par le garage... Je t'attends...
- Allo... allo... La communication a été coupée.Je dépose le combiné en regardant d'un air pensif l'attaché case posé sur la table basse du salon.
* * *
Dans la demi obscurité du magasin, le clown avait coupé la communication et raccrochait le combiné qu'il avait tenu pour Mélanie durant la conversation.
- Vous avez été trèèèèèès bien, mademoiselle. Une graaaaande actrice ! Plaisanta le clown en enfonçant résolument dans la bouche de Martine une grosse balle de latex soigneusement roulée dans un foulard.
- ... Mmmmh... ...Suffoquée, la jeune femme roulait des yeux affolés pendant que le clown achevait de la bâillonner solidement. Le fin tissu extrêmement tendu du foulard lui entrait dans les joues et forçait la balle à rester profondément enfoncée dans la bouche de la jeune femme. Le clown termina sèchement un solide nœud très serré derrière sa nuque et conclut.
- Et voilààààà... nous allons attendre très saaaaagement la douce Anouk.
- Mhmmh...
- Ouiiii... et on lui fera une jolie surpriiiiiise pour la récompenser. Et le clown s'est éloigné, laissant la jeune Mélanie à son triste sort.
* * *
Mélanie avait réellement l'air pressée. Mais après tout, le détour n'est pas très grand et je pourrais lui apporter la mallette sans perdre plus d'un quart d'heure. J'ai donc empoigné l'intrigant objet et me suis mise en route. C'est tout de même lourd pour un objet de si petite dimension, et je me demande ce qu'il peut bien contenir. Pourtant quand on le secoue rien n'ai l'air de bouger dedans. Arrivée devant le magasin, je constate que l'écriteau est mis et que la porte est fermée. J'ai fait une visière de mes mains en me collant à la vitre pour tenter de voir à l'intérieur, mais dans la demi-obscurité rien n'était discernable. J'ai donc fait le tour et ai trouvé le volet métallique du garage légèrement relevé. Ah oui, en effet, Mélanie avait demandé de passer par là. Etrange, pensais-je. Une fois entrée, je me suis trouvée plongée dans la pénombre du garage. La porte donnant sur le magasin se trouve à l'autre bout mais un temps est nécessaire à l'adaptation de ma vue. La porte poussiéreuse cède en grinçant et j'avance dans un étroit couloir sombre.
- Mélaniee ?
Je continue d'avancer vers le magasin et vois un accès moins sombre.
- Ouh ouh ! Mélanie, je suis là !
Je constate que je suis entrée par un accès donnant derrière le comptoir. Je pose l'attaché case dessus et parcours la pièce du regard. Mon regard se pose sur une silhouette apparemment féminine assise sur un ottomane (petit meuble sans dossier ressemblant à un tabouret) quelques mètres plus loin, dans un espace dégagé de la salle d'exposition.
- Mélanie ?Dans le silence, il me semble avoir vu remuer la tête de la silhouette immobile. J'avance donc vers elle, faisant attention où je pose les pieds, obligée de faire des détours dans ce dédale d'objets.
Il me semble entendre comme de légers grognements étouffés. Je suis à proche de la silhouette quand un individu se dresse un peu plus loin. Je n'avais pas remarqué sa présence dans l'ombre.-
Approchez donc, mademoiselle.
Je constate avec soulagement qu'il s'agit d'un clown et je souris largement.
- Oh ! Bonjour monsieur le clown ! Ris-je.
- Bonjouuuur jolie mademoiselle. Je constate que c'est bien Mélanie qui est assise immobile sur l'ottomane. Elle se tient étrangement immobile, penchée en avant et les jambes serrées. Le clown s'approche de Mélanie et s'arrête à côté d'elle, me faisant face.
- Votre amie est vraiment charmante, et c'est aussi la douceur même, mais elle ne vous répondra pas... bien malgré elle. Voyez plutôt.
Il allume la lumière. A ma stupéfaction, il se penche en tendant le bras et applique franchement la main sur un sein généreux de la jeune femme assise sans qu'elle ne bouge. Tout au plus a-t-elle très légèrement tressauté et ais-je cru entendre un léger gloussement étouffé.
- ... gh... ...
Il se redresse en riant.- Surpriiiise ! Eeeeh oui, elle est joliment ligotée et bâillonnée. Et ça lui va très bien... n'est-ce pas ? Oui, évidemment j'ai du y aller assez rudement pour qu'elle ne puisse plus bouger. C'est que je tiens à ma tranquillité. Vous avez apporté l'attaché case ? Et vous l'avez posé sur le comptoir m'a-t-il semblé ?
- Oui.
- Et de plus, vous êtes gentiment venue seule, comme une grande fille très obéissante...
-Oui. Ce n'est que maintenant que je découvre à quel point Mélanie a été sévèrement ligotée et bâillonnée par le clown. Ses jambes sont à l'évidence très rigoureusement attachées par de solides liens impitoyablement serrés. Je vois les nombreux tours de corde uniformément serrés sur ses chevilles formant une bande blanche de quinze centimètres de large. Ses coudes ont été attachés très rapprochés à en juger par la manière dont ses bras sont tirés en arrière et de plus, il lui a solidement attaché les poignets à la taille. Le clown situé derrière Mélanie se penche contre elle en passant les bras de part et d'autre du buste étroitement ligoté de la jeune femme et saisit à pleines mains les seins offerts. Il se met à les malaxer ostensiblement en me regardant sans que la jeune femme ne parvienne à bouger. C'est à peine si j'ai pu noter son raidissement.
- Elle a des formes très généreuses... une vraie femme objet ! Mais si vous ne faites pas rigoureusement ce que je dis, je crains fort que votre douce amie ne passe un sale quart d'heure...
- Laissez-la...Mais le clown pose la tête sur l'épaule de Mélanie et l'embrasse dans le cou sans cesser de la peloter odieusement. Ses genoux sont attachés très étroitement, et je constate qu'un lien tendu entre son cou et ses genoux la force à se tenir penchée. Ses chevilles sont littéralement collées à l'ottomane par un lien les tirant rigoureusement en arrière. Passé sous le meuble, le lien est attaché par l'arrière aux épaules de la jeune femme, lui interdisant de se pencher davantage. Le foulard qui la bâillonne est terriblement serré entre ses lèvres, maintenant profondément enfoncé dans sa bouche un épais bourrage. Le plus terrible arrive : son short et son string son baissé, un plug anal posé sur l'ottomane rentre complétement dans son anus. La malheureuse, parfaitement muselée, le cul défoncé, ne peut pas remuer les jambes ou lever les pieds du sol, ni se pencher, ni se redresser. Son ligotage est vraiment très rigoureux. Vu son visage elle semble souffrir et gémis sans la moindre chance. Le clown se redresse enfin en lâchant les seins de Mélanie et me tire de mes réflexions.
- Approchez donc, mademoiselle. Oooh ! Quelle bonne surprise, je vois que vous appréciez le cuir. Et vous avez raison, c'est très joli
- Gna, gna, gna ! Fis-je, défiante.
- Approchez donc, nous allons joindre l'utile à l'agréable. Inquiète, j'avance lentement vers le clown.
- Oh ooh ! Très impressionnant ! Commenta-t-il en me regardant de plus près. J'adore cela !
Je suis en tenue sexy de cuir, perchée sur les talons aiguilles de mes cuissardes. Je me tiens droite, debout face au clown. Mais que puis-je faire ? Si je fuis, que va-t-il faire à Mélanie ? Et de plus, si je cours avec ces talons, il risque d'être plus rapide que moi. Mais c'est moi ou elle. Je vois Mélanie impuissante, rudement ligotée et bâillonnée, sodomisée par ce plug, et cet inquiétant clown devant moi. Puis je prend mon courage à deux mains. Je me retourne et commence à courir.
A suivre...


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Les Prisonnières (2ème partie)
Les Prisonnières (3ème partie)


Online porn video at mobile phone


recit xxxtante coquinehistoire caudaulistehisoires erotiquescouple erotiquehistoire de sexe non consentementhistoire de sexe mere filscouple erotiquehistoires candaulismecocu soumirecits erotiques incestebdsmvar histoire de sexehistoire de sexe fellationmon histoire de sexehistoire de sexe sans tabouhistoire de sexe vieuxrecit candaulismerecit de femme soumisehistoire erotiqurhistoire de sexe chevalhistoire de sexe entre amishistoire de sexe avec mamiehomme soumis a sa femmehistoire de sexe entre mere et fillehistoires de sodomiehistoire de candaulismescenario erotiquehistoire de sexe travestishistoire de sexe gang bangje baise avec ma tantebelle mere histoire de sexerevebebe recit recentrecits etotiquesil baise sa niecehistoire de sexe brutalbaise avec ma tanteencule moi papahistoire de sexe partouzehistoire de sexe mere filleil baise la copine de sa femmetexte herotiquefemmes candaulistespremier fist analsexe story: la premiere histoire de la sexualite en bdrecit fesseeelle baise avec son gendreelle baise son beau frerehistoire de sexe freremanuela nuehistoire caudaulisterecit trio hhfhistoire coquinehistoire de sexe avec ma niecehistoire de sexe ma profhistoire de sexe en afriquehistoire:de sexerecit erotique unionhistoire de sexe birecits erotiques gayhistoire de sexe vecuehistoire gay beurhistoire de sexe videohistoire femdomhistoire de sexe xxx.comrecits erotiques gratuitshistoires tabouhistoire de sexe gangbangrevebebe histoiresrecit erotiquehistoire erohistoire de sexe avec mon mariehistoire/de/sexeencule par surprisepremiere partouzehistoire x gratuitehistoire de sexe a la plageje baise ma belle-merepremiere fois club libertinmere et fille nueshistoire erotique travestibranlette dans la piscinerecit libertinrecit sexelesbienne sadohitoire erotiquerecits erotiquehistoire de sexe grosse bite