Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Skipper 2/7

Après la prestation matinale de Julie, qui avait déclenché une véritable émotion parmi les passagers, mais aussi l’étonnement du skipper et de son épouse Alexia, l’ambiance à bord s’échauffe quelque peu. John, le mari de Julie, tente sa chance auprès d’Alexia.

Proposée le 20/12/2019 par Rodolphe

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: extra-conjugal
Personnages: FH
Lieu: Vacances, voyages
Type: Fantasme

2 - Le fameux prétexte de la crème solaire !

Toujours dimanche.
Alain reprit la barre et corrigea le cap, car on avait quelque peu dévié de notre route et pour le coup le vent n’y était pour rien. Pour ma part je mis la table et allai préparer en cuisine le repas de midi. J’annonçais à nos clients que, vu les événements, le repas serait un peu décalé.
- Tels sont les impératifs de la navigation, concluais-je, déclenchant un rire général.
Un quart d’heure plus tard, nous étions à table, sauf notre skipper qui resta à la barre. Il mangerait plus tard. Comme par hasard, je constatai qu’Enzo, le dragueur, s’était installée auprès de Julie ; profitant du fait qu’elle n’avait pas remis le haut de son maillot, il passait son temps à reluquer sa poitrine.
- On devrait arriver à Sainte-Lucie dans une demie-heure annonça Alain. On va jeter l’ancre dans une petite crique sympa et très peu fréquentée que je connais bien et cet après-midi, baignade !
- Wouah, super crièrent nos clients !
Mais chacun avait encore en tête la scène du matin et les plaisanteries fusèrent bientôt autour de la table :
- Pas trop fatigué, Alain, après la leçon de navigation, se moqua John avec son humour très british ?
- Ça va, t’inquiète pas, rétorqua mon mari.
- En tout cas, Julie, dis-je insidieusement, non contente d’avoir croqué la pomme, a encore un solide appétit.
Un peu surprise, mais pas plus gênée que cela de se retrouver tout à coup au centre de la discussion et se crut obligée de s’excuser :
- Désolée les amis de m’être donnée en spectacle devant vous, dit-elle, mais j’ai eu une terrible pulsion… J’espère que tu ne m’en veux pas, Alexia ?
- Oublie ça, ma belle. Après tout, ce n’est pas de ta faute, mais plutôt celle de mon mari qui t’as sérieusement chauffée.
- Pfff. N’importe-quoi, répliqua le skipper, derrière sa barre !
- Et puis je crois, continuai-je, que le spectacle a plu à tout le monde, n’est-ce pas ?
- Ça tu peux le dire, confirma Enzo.
Puis, se tournant vers Julie :
- La prochaine fois, je me porte volontaire pour remplacer Alain !
- Pauvre malheureux, répondit-elle. Ta femme ne te fait jamais de fellation ?
Emma, plongea le regard dans son assiette et se mit à rougir légèrement. Enzo continua sur le même ton :
- Oh si ! Elle fait même ça très bien !….
- Oh oh, voilà qui est fort intéressant, fit mon homme sans lâcher la barre !
La jolie rousse, cette fois, rougit pour de bon. Tous les regards étaient tournés vers elle.
- … Mais parfois, continua Enzo, on aime voir si l’herbe est plus verte à côté.
- Tu as bien raison Enzo, approuva mon homme. D’ailleurs, moi aussi je reluque souvent l’herbe,… enfin plutôt la fleur, d’à côté !
- Reste à savoir si la fleur se laissera cueillir, répliquai-je.

Mais un cri de mon mari mit brusquement fin à cette conversation pour le moins orientée.
- On arrive !
Il avait déjà réduit considérablement la voilure et le catamaran entrait dans une petite crique cernée par de hautes falaises rocheuses et fermée par une toute petite plage. Un majestueux voilier à la coque rouge et noire était déjà à l’ancre, unique témoin de la présence humaine dans ce lieu solitaire troublé par les seuls cris des oiseaux.
Je dus interrompre mon déjeuner pour me rendre à la proue, afin de m’occuper de l’ancre. Le bateau n’avançait plus que sur son erre, très lentement.
- Vas y, me cria Alain à un moment !
Sur son ordre, je libérai l’ancre qui plongea dans l’eau et la chaîne fila dans un grand bruit métallique. Le vent fit tourner légèrement le bateau, la chaîne se tendit et tout se stabilisa.
- Bienvenue à Sainte-Lucie, cria Alain qui avait enfin lâché la barre !
Il se frotta les mains en s’approchant de la table.
- Bien. A mon tour de manger maintenant. Ces odeurs de cuisine m’avaient alléché.
Sa nudité troubla un peu les deux passagères assises, surtout quand sa verge, très légèrement déployée, passa à quelques centimètres d’elles. Leurs regards fut immanquablement attirés par le membre.
- Ceux qui veulent se baigner maintenant, ajouta-t-il, allez-y !
Comme une volée de moineaux, tout le monde quitta la table pour aller prendre son premier bain de mer. Je montrai à nos clients qu’on pouvait descendre à l’eau par l’échelle de la plate-forme de poupe, mais ce fut inutile car tout le monde sauta par dessus bord, comme un seul homme.
Je me joignis à nos clients, laissant Alain seul à table. L’eau était bonne et je fis quelques brasses pour profiter de sa fraîcheur et pour me détendre. Rapidement, John vint me rejoindre pour nager près de moi.
- Elle est super bonne, non, me dit-il ?
- Très agréable.
Je fis la planche. J’aime beaucoup me sentir portée par l’eau et surtout m’amuser à faire émerger mes seins et la pointe de mes pieds à la surface. Cette vision sembla aussi ravir John qui s’approcha plus près de moi.
- Que penses-tu de ce début de vacances, lui demandai-je, non sans une arrière pensée par rapport à ce qui s’était passé deux heures avant ?
- L’endroit est idyllique, il fait beau, les paysages sont merveilleux… Tout pour être heureux.
- Je disais ça surtout par rapport à ce matin… ta femme…
- Ah, non ! Pas de problème. Tu sais, je ne suis pas très jaloux.
- Tu n’en veux pas à mon mari ?
- Non. Et puis je suis persuadé que j’aurai ma revanche, ajouta-t-il.
- Comment ça ?
L’homme s’enhardit de manière inattendue : sa main vint englober l’un de mes seins.
- Je suis certain que la belle épouse du skipper m’offrira une compensation.
- Tu ne manques pas de toupet, dis-je en enlevant sa main ! Ne rêve pas trop, John. Je ne me sens redevable de rien envers toi. Je ne suis pas responsable des exactions de mon mari.
Je me retournai et repris ma nage, laissant seul mon collant prétendant.

Pourtant, il faut bien dire que tout cela n’était qu’apparences trompeuses. Cet homme d’âge mûr à la légère barbe grisonnante et qui s’exprimait avec un soupçon d’accent anglais, me faisait déjà fondre de désir et je n’avais pas détesté qu’il me prît le sein.
Revenue sur le bateau je m’aspergeai avec la douche de la plate-forme arrière afin de me laver du sel de la mer. Puis, après être allée chercher ma crème solaire dans la cabine, je m’installai au soleil, sur un matelas du pont, et commençai à m’enduire le corps. Cela ne faisait pas deux minutes que j’étais là que je vis mon bel anglais rappliquer. « Je savais bien qu’il reviendrait à la charge », me dis-je !
- Veux-tu que je te passe la crème, me demanda-t-il ?
« Bonne idée ! », me dis-je, trop contente.
- Pourquoi pas, répondis-je en lui faisant un sourire engageant.
Je m’allongeai sur le ventre et m’abandonnai aux soins de mon passager. Il commença par m’enduire les épaules et le haut du dos, puis je sentis sa main glisser sur ma colonne vertébrale, ce qui me fit frémir de plaisir, puis il étendit la crème sur le bas de mon dos. Que va-t-il faire maintenant, me demandai-je, alors que sa main approchait de la partie la plus charnue de mon individu. Je sentis sa main lâcher mon dos, probablement pour reprendre un peu de crème et aussitôt, je la sentis sur mes fesses. Il massa longuement et avec application ma fesse droite, n’oubliant pas un centimètre carré, puis sa main passa sur la fesse gauche qui subit la même caresse. A un moment, sa main s’immisça même dans mon sillon, ce qui me fit contracter les fesses par réaction. Ce contact chaud et extrêmement excitant de cette main mâle fit monter en flèche le compteur de mon désir.
- J’aime la rondeur de tes fesses, Alexia… elle sont si agréables à caresser.
- Je te rappelle que tu m’as proposé de me passer de la crème. Pas de me peloter les fesses !
- Écoute, Alexia : ton joli petit cul est toujours à l’air, il faut bien que je le protége du soleil !
Sa caresse gagna bientôt mes cuisses.
- Écarte les jambes, s’il te plaît, dit-il d’une voix soudain autoritaire.
J’obéis sans broncher et je sentis alors ses deux mains s’affairer sur l’intérieur de mes cuisses. Fréquemment, l’une d’elle venait effleurer ma vulve, ce qui me procurait une excitation terrible. Puis il continua jusqu’à mes chevilles, d’un geste toujours aussi caressant. Quand il arriva à mes pieds, tout mon corps était déjà en feu et je me retenais déjà de lui crier « Baise-moi! » J’avais alors une envie folle de lui.
- Retourne-toi maintenant m’ordonna-t-il.

Obéissante comme une chienne fidèle, je me mis sur le dos et attendis la suite en fermant les yeux. Sans un mot, il appliqua ses mains sur ma poitrine. Mes deux seins furent palpés, malaxés, maltraités et il finit même par rouler mes tétons entre ses doigts. Je ne pus plus dissimuler mon excitation : je gémissais de plaisir comme une chatte alanguie et mon souffle se fit de plus en plus court. Instinctivement, j’écartai largement mes cuisses, telle une salope en chaleur.
Après mes seins, ses deux mains parcoururent mon bas ventre pour l’enduire également, puis elles s’approchèrent peu à peu de mon pubis. Plus elles s’approchaient, plus mon cœur battait fort et plus j’avais envie qu’il me prenne comme une pute !
- Tu aimes, me dit-il ?
« Tu parles si j’aime, pensai-je ! » Mais je fus incapable de prononcer la moindre parole. Mon bas ventre me brûlait, ma chatte était en feu elle aussi. A tâtons, les yeux toujours fermés, ma main chercha instinctivement le corps de cet homme qui m’avait amené à ce délire. Ma main glissant sur son ventre, je ne fus pas longue à trouver son slip de bain. Je m’y introduisis et là, j’empoignai son sexe en le serrant fort. Il eut un petit cri de surprise. Mon bel anglais bandait dans ma main comme un étalon en rut et son maillot ne parvenait plus à contenir sa formidable érection. Je tirai frénétiquement sur l’élastique et parvins enfin à libérer ce membre qui me parut si gros que je fantasmais déjà dessus. Sans attendre, je me mis à le branler avec la frénésie d’une démente.

Ses mains avaient maintenant atteint mon pubis et je les sentis s’attaquer à ma pauvre chatte en feu. En réponse à ma masturbation, il me pénétra sans ménagement de ses doigts, me les enfonçant bien profondément et tout en appuyant son pouce sur mon clito. Désormais, il n’était plus question de crème solaire, nous n’étions plus l’un et l’autre que deux bêtes étourdies de désir. Il geignait de plaisir, quant à moi, mon orgasme montant, je criai déjà ma jouissance.

Attirés par nos voix enfiévrées, le bateau entier accourra et bientôt Emma, Julie, Enzo et mon mari firent cercle autour de nous. Cela ne me déplaisait pas de montrer mon plaisir en spectacle, au contraire, cela dopait mon excitation. Et puis, il faut bien dire que je n’étais pas mécontente non plus de branler sous ses yeux le mari de celle qui avait sucé mon mec. Elle allait maintenant voir comment j’allais le faire jouir son John !
- Baise-moi, criai-je… Je veux ta queue !
- Ouais, fit Enzo qui aurait sûrement aussi aimé participer.

Il me chevaucha, pressa sa queue contre ma fente demandeuse, déjà si trempée et me pénétra lentement, mais très profondément. Je poussai un cri de bonheur tant ce membre me remplissait et je m’abandonnai totalement à sa volonté de mâle en rut.
Il me baisa avec une bestialité extraordinaire. Rarement un homme ne m’avait prise avec une telle fougue – sauf mon mari bien sûr –. On était très loin du flegme anglais !
Je ne fus pas longue à avoir un nouvel orgasme. Ce fut fort, puissant, terrible ! Mais le pauvre homme devait être tellement excité qu’il éjacula un peu trop vite, me privant d’un plaisir que j’aurais aimé prolonger plus longtemps. Son orgasme fut particulièrement démonstratif, tant il cria son plaisir d’une voix forte. Puis il s’écroula sur le matelas d’à côté sous les applaudissements de nos spectateurs.
- Bravo, criaient-ils tous.
Seule Emma se montrait plus réservée, n’applaudissant que du bout de ses doigts. Mais elle avait quand même joué à la voyeuse, la sainte-nitouche, me dis-je !

Le soir venu, au lit dans l’intimité de notre cabine, je saisis le sexe de mon mari et le masturbait doucement. Il s’approcha de moi, déposa une bise sur ma joue et me dit ironique :
- Tu n’es pas encore rassasiée, ma chérie ?
- Hum,… fais moi l’amour, répondis-je de ma voix la plus chaude.
- A propos, me dit-il, il baise bien notre anglais ?
- Chut, fis-je tout bas. Leur cabine est juste à côté, il pourraient nous entendre !
Puis reprenant en chuchotant, je dis :
- En fait, pour un anglais il baise pas mal. J’ai bien pris mon pied avec !
- Salope, répondit mon homme en m’embrassant !
Nous fîmes l’amour, puis nous nous laissâmes doucement sombrer dans le sommeil. Mais peu après, notre attention fut attirée par le petit cri étouffé d’une voix féminine.
- Y en a qui font comme nous, dit Alain.
- Ça ne semble pas venir d’à côté, chuchotai-je, toujours à l’écoute. Ce n’est donc pas la voix de Julie, mais celle d’Emma.
- Elle est entrain de se faire sauter par son bel italien, la jolie rousse !
- Elle te fait fantasmer celle-là, hein mon chéri, dis-je tout bas.
- Je ne désespère pas d’avoir son petit cul avant la fin de ses vacances.
- Salaud. Parfois j’ai l’impression d’avoir épousé un obsédé sexuel, lui chuchotai-je tout en déposant mes lèvres sur les siennes.
- Et toi ? le bel italien ne te fais pas fantasmer ?
- Il m’énerve avec ses manières de macho !… Mais il est beau mec et tu sais que je résiste mal à un beau mec…
- Parfois, j’ai l’impression d’avoir épousé une chienne en chaleur, chuchota-t-il à son tour.
- Mufle, répondis-je en lui administrant une petite tape sur la joue !
Et nous nous endormîmes dans les bras l’un de l’autre.

A suivre.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Aucun commentaire pour le moment.


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Skipper 1/7
Skipper 3/7
Skipper 4/7
Skipper 5/7
Skipper 6/7


Online porn video at mobile phone


recits travestishistoire de sexe en afriquerecit de femme soumisehistoires de sexe gayvendeuse coquinehistoire erotique.orgcouple bi baisehistoire de sexe blogrecit erotiquesrecit triolismehistoire de sexe sans taboubelle mere soumisehistoire de sexe hhfexhib plombierrecits gayhistoire de sexe amateurhistoire de sexe a la plagehistoire de transexuellehds histoire de sexehistoire de sexe de couplepremiere experience echangistehistoire xlesbiennes sadodoigte dans le bushistoire de sexe avec ma mereune histoire de sexe gayhistoire de soumiserecit erotiquepremiere levrettehistoires cochonesunion recitsgangbang candaulistecoiffeuse coquinerecit trio hhfwebcam coquinetextes erotiqueshistoire de sexe insestema femme saloperecit candaulismesex erotiquehistoires erotiqueshistoires de sxeenterrement vie de jeune fille sexedoigtee en publichistoire de sexe vieux avec jeunepremiere fois echangistehistoire de sexe 2015histoire erotique.orgstrip poker sexehistoire de sexe soumissionsexe avec ma voisinerecit lesbienneelle baise son beau frerehistoire de sexe hdslesbiennes erotiquespremiere experience echangistehistoire de soumishistoire de sexe maturehistoire erotique incestelesbienne sadohistoire gay beurrecits sexerecits de sexe hardrecit erotique lesbiennelesbiennes soumiseshistoire de sexe zoohistoire de sexe imagerecit erotique zoophiliehistoire de candaulismerecit sexe gayhistoires erotiques gayrecit triolismetonton baise sa niecehistoire erotique illustrehistoire de sexe illustreeshistoire de sexe en afriquehistoire de sexe streamhistoires de cul en famillehistoire de sexe entre mere et fillehistoire sexe gayhistoire drole de sexerecit erotique zoophiliehistoire homme soumiscandaulisme hard