Histoire Erotique

Littérature adulte en ligne, histoires érotiques et récits coquins gratuits...

Réunion entre copines

Le week-end commence pour Julie qui rejoint trois amies. Amies de fac, elles ont pris l'habitude de jouer à un jeu aux règles très simples quand elles se réunissent. Tout peut arriver et ce n'est que le début du week-end.

Proposée le 15/11/2019 par Deviliuna

Votre note pour cette histoire érotique
Nous vous remercions pour vos nombreuses contributions, elles motivent les auteurs à poster leurs histoires érotiques.

Thème: Jeu érotique
Personnages: Groupes
Lieu: A la maison, intime
Type: Fantasme

L'odeur de la mer entrait par les vitres entrouvertes alors que la voiture s’insérait dans la circulation dense. Me laissant glisser en arrière sur la banquette de cuir, je regardais par la vitre. La rue principale, bordée par une majestueuse ligne de palmiers, sinuait le long de la Méditerranée. Le soleil couchant eut un effet relaxant, je commençais enfin à me décontracter de cette semaine plus que fatigante, voire carrément merdique. Encore une dizaine de minutes me séparait de ma destination. Un laps de temps consacré à jouir de ce magnifique spectacle et à me faire mater par le chauffeur qui paraissait plus concerné par son rétroviseur que par la route. Je ne fis néanmoins aucun effort pour cacher mon décolleté. Tant qu’il évitait toute discussion ou blague de mauvais goût, son regard appuyé me flattait plus qu’il ne m’embarrassait. Ma généreuse poitrine avait toujours attiré le regard et enserrés dans cette robe rouge, mes seins n’allaient pas faire exception ce soir. A mesure que l’astre se dérobait sous l’horizon, le ciel rougeâtre se fit de plus en plus sombre, annonciateur d’une soirée et week-end que j’espérais agréable et plein de surprises.

Cette fois-ci, l’hôtesse de notre groupe de copines était Clara. Ce qui n’était pas pour me déplaire, j’adorais son loft. Immense, somptueux, vue sur la mer au dernier étage d’un immeuble de luxe, il semblait sortir tout droit d’un film. Avec le fond sonore que je reconnus être un morceau de Kavinsky, on s’attendait à tout instant à voir sortir un de ces traders de New York, le nez négligemment enfariné de poudre blanche. L’accueil euphorique de Laure et Sophie m’indiquait qu’elles avaient déjà un ou deux verres d’avance. Leurs embrassades me firent alors complètement basculé dans la soirée.

- Cela fait cinq secondes que je suis ici et je n’ai toujours pas de verres. Ton accueil est toujours déplorable Clara, dis-je ponctué d’un clin d’oeil mutin. ?

- Et toi, toujours aussi agréable. On ne va plus t’inviter, répondit Claire?

- Et vous vous emmerderiez.?

Mais après cette facétieuse entrée en matière, Je félicitais Claire pour sa tenue. Son pantalon chic de parfaite working-girl mettait parfaitement en valeur ses hanches et fesses. Sa fine taille ressortait avec ce léger corset qui soutenait ses seins, certes plus petits que les miens mais d’une perfection divine. En prenant mon verre, je pris soin d’aussi complimenter mes deux autres copines. Il ne fallait pas faire de jalouses. Sophie était d’une rare beauté avec sa peau mate et ses cheveux bruns. Quand à Laure, brune aussi, elle était plus rondelette, mais disposait d’atouts qui faisaient craquer tous les hommes. Il manquait juste Cindy qui serait absente ce week-end.

Je souriais chaleureusement. J’étais aux anges comme à chaque fois que je revoyais mes copines de fac. Nous étions un groupe soudé et nous connaissions sur le bout des doigts. Après avoir échangé de nos nouvelles, puis de simples banalités, l’alcool nous amena enfin aux ragots. Puis le repas fut livré, de simples pizzas à partager. Après le dîner, vint le moment que toutes attendaient pour initier ce week-end. Il était l'heure de lancer les dés. La règle était simple. Chacune lançait un dé et celles qui avaient un chiffre pair, prendraient les décisions. Celles qui avaient un chiffre impair, devraient suivre les consignes des autres. Et ce durant tout le week-end.

2, 4, 4, et 1, tels étaient respectivement les chiffres obtenus par Sophie, Claire, Laure et moi. Mes trois amies me regardèrent quelques secondes mais ne dirent aucun mot.

- Bon, c'est fait. Continuons notre soirée", dit Claire pour couper ce silence gênant.?

La soirée recommença comme si de rien n'était, mais connaissant bien ce jeu, je ne pus totalement me focaliser sur les différentes discussions abordées. Étant la seule à obéir, je me demandais à quelle sauce j’allais être mangée.

Puis au bout d'une heure, Laure me dit subitement :

- Caresse-toi Julie !?

Comme toutes mes amies, j’avais toujours respecté les règles de ce jeu. Aussi directe que fut l’injonction, je ne dis aucun mot, sachant pertinemment que j’allais obéir. Alors que les mots résonnaient encore dans ma tête, un mélange soudain d’excitation et d’embarras m’envahit. Ma respiration et mon coeur se précipitèrent. Me redressant sur mon fauteuil, j’effleurais mon corps de mes ongles. Seul le bruit des profondes inspirations que je prenais pour me donner du courage pertubait le silence accablant et les regards insistants de mes trois amies. Après avoir glissé le long de mes bras, mes ongles bleus s'attardèrent sur la peau laiteuse de ma généreuse poitrine. J’avais fermé les yeux pour m’éviter l’inconfort de croiser le regard de mes copines qui devaient me reluquer avec insistance. Mes ongles s’aventurèrent ensuite sur mon ventre. Prenant mon temps, j’arrivais enfin à mes cuisses. Ma main glissa alors naturellement sous ma robe pour toucher mon entrejambe déjà moite. Bien que plaisante, la sensation était loin d'être exquise, car je me sentais mal à l’aise. Mais cette indisposition fut encore plus forte quand j’ouvris les yeux. Je me sentis complètement idiote à me caresser la chatte. En effet mes amies ne se préoccupaient pas de moi. Elle regardaient des photos sur le téléphone de Laure, puis se mirent à discuter sans me regarder. Je ralentis alors mes caresses, finalement déçue de ne pas être le centre d’attention. Mais la réprimande fut instantanée.

- Nous ne t'avons pas dit de t'arrêter Julie, s'exclama Sophie

Par le ton employé, j’obtempérai sans discussion. Alors que ma main gauche glissait sur mon corps, naviguant sur mes courbes, ma main droite caressait mon intimité. Sophie retournait alors à la conversation avec Laure et Claire. Tant qu’à paraître ridicule , je comptais me donner du plaisir. Ayant remonté ma robe, mes doigts écartèrent doucement mon string pour dévoiler aux yeux de toutes mon fruit défendu. Mais toujours aucune réaction de leur part. Mes doigts caressèrent doucement mon clitoris, le pincèrent légèrement pour le titiller. La chaude humidité me poussa à glisser un doigt sur les lèvres douces et épilées pour l’introduire en moi.

Mais cela me valut une autre remontrance de la part de Sophie qui semblait avoir des yeux derrière la tête quand il s’agissait de remarquer mes fautes.

- Julie, çà dépasse les caresses. Tu n'as droit à aucune pénétration, dit-elle, puis après un long silence, maintenant installe-toi confortablement et profite du spectacle, mais par contre tu n'as plus le droit de te toucher.?

Putain, alors que je commençais à être bien excitée, je ne pouvais plus me toucher. Elles allaient être de vraies garces avec moi. Mais les règles étaient ce qu’elles étaient. Mon état risquait de ne pas redescendre avec le spectacle de mes copines qui se mirent à se toucher, se caresser et s’embrasser.

Les langues se mêlaient maintenant sensuellement et langoureusement entre elles, les bruits de succions des embrassades m’excitaient encore plus. Les vêtements disparurent petit à petit, offrant progressivement à mes yeux ces corps exquis qui se mélangeaient en une débauche sensuelle. Les seins malaxés par des mains libertines et baladeuses s’offraient en spectacle pendant que les langues s’immiscaient dans les nombrils, et parcouraient les ventres, les poitrines, les tétons, les nuques. Il semblait qu'aucune partie des corps ne serait épargnée.

Mon string devenaient de plus en plus humide. Cela devenait une véritable torture de résister à ces pulsions, alors que mon regard se perdait dans cet enchevêtrement de corps obscène.

Déjà plus de 10 minutes, que les caresses et léchouilles fusaient. Mes cuisses se frottaient discrètement entre elles pendant que les corps complètement nus dévoilaient maintenant leurs fentes humides. Des fesses s'écartaient pour laisser une langue accomplir sa besogne. Une paire de main venait appuyer la tête blonde de Clara entre des cuisses. Des doigts écartèrent une fente révélant la chair rose et luisante de ce sexe, puis s'insinuèrent dans cet orifice offert. Les jambes, seins, et l'ensemble des corps étaient caressés par cette multitude de mains.

A la vue de cette scène, s'ajoutaient les gémissements et les bruits de succions, rendant de plus en plus difficile ma lutte pour m'empêcher de rejoindre cet être de chair pervers et lubrique qui semblait avoir pris vie par la fusion de mes trois amies..

Puis je sursautai alors qu’un cri emplit le loft.

- Julie, va chercher des godes, hurla Clara.

Je m'exécutai rapidement, bondissant du sofa, espérant pouvoir enfin prendre part à la suite. Je savais très bien où se trouvaient l’attirail de Claire, et revins avec une mallette pleine de sex toys.

Je tendis alors un gode en verre qui fut rapidement saisi par Laure pour l’enfouir sans ménagement dans le sexe mouillé et dilaté de Claire. Sophie et Laure se consacrant à donner du plaisir à Claire. Sophie embrassait et caressait le haut du corps de son amie blonde pendant que Laure s'occupait de son entrejambe. Vaste exercice qu’elle accomplissait avec conviction en fourrageant le vagin avec le gode et en léchant le clitoris.

Je reçus alors l'ordre de donner à Laure les boules de geisha. Me mordant les lèvres et me tortillant par ce supplice, je tendis les boules que je réchauffais un instant dans mes mains en les frottant.

L’insertion fut assez longue et Julie fut réquisitionnée afin de lubrifier de sa salive ce nouveau jouet et l'anus de Claire. Les boules vinrent finalement se réfugier dans cet orifice étroit.

La tête reposée sur les cuisses de Sophie qui caressait doucement sa crinière blonde, Claire se tordait de plaisir. Les gémissements se firent plus intenses. Laure, n'ayant aucun doute sur l'imminence d'un orgasme, retira d'un coup sec les boules de geisha. Une grimace déforma soudainement le visage de Claire lorsque son corps et son esprit furent envahis par un déluge de plaisir. Claire s'abandonna totalement et ne retint pas ses cris de plaisir. Ce qui eut pour effet d'exciter Laure qui accéléra la masturbation du clitoris de Claire et s'acharna avec une nouvelle intensité sur le gode enfouie dans la chair de son amie.

N'en pouvant plus, Claire repoussa Laure et retira le gode. Reprenant son souffle, elle sourit à ses amies.

Pendant tout ce temps, je n'étais restée qu'une simple spectatrice. Les cuisses mouillées et serrées, je n’espérais qu’une seule chose : passer à l'action.


Laisser une note/commentaire (ou bien faire un signalement)
Fermer définitivement L'activation des cookies et de javascript est nécessaire à son bon fonctionnement. Suite à des abus avec les notes, nous avons apporté quelques modifications à celui-ci pour plus de partialité envers les auteurs qui sont très sensibles à ce que vous pensez de leurs histoires érotiques.
La nouvelle version a pour but d'éviter au maximum les abus inhérents à la notation des récits coquins, et donc des auteurs (les votes multiples par exemple).
Il sera maintenant impossible de noter plus d'une fois la même histoire érotique.
Les notes attribuées à la volée pour un même auteur (qu'elles soient bonnes ou mauvaises) seront modérées.

Commentaires de l'histoire :

Anonyme
Bonne idée de départ ensuite ?
Posté le 28/11/2019

Anonyme
Merveilleusement bien écrit ! La suite !!!
Posté le 17/11/2019


Voir les autres récits érotiques de cet auteur ou bien pour le contacter par email


Histoires érotiques choisies :
Thibault et ses copines 1 - Vive l'internat et les chambres de trois
Réunion Tupperware assez spéciale.
Réunion Tupperware assez spéciale.2
Réunion Tupperware assez spéciale.3
Réunion Tupperware assez spéciale.4


Online porn video at mobile phone


recit sexe gayhistoire erotique triocousine coquinehistoire sexe gratuitma mere aime ma bitehistoire de sexehistoire de sexe violentmature erotiquepunition sexrecit herotiquehistoire de sexe pere filleje baise ma colocatairejeune fille erotiquehistoire de soumissionhistoire de sexe tabouhistoire de sexe jerem 19branlette publicje baise avec ma belle mereexhib plombierhistoire candaulistehistoire de sexe etudiantbranlette piscinehistoire de sexe avec mamanil baise une inconnuhistoire de sexe(s) (2009)recit erotiqueshistoire de sexe incestehistoire de sexe hdshistoiregaysexe de groupehistoire de sexe avec ma belle merehistoire de sexe tres hardsexe en camping carhistoire salopehistoire de sexe en groupetexte erotique lesbienma femme veut une grosse biteles histoires tabouhistores erotiqueshistoire de sexe avec ma niecehistoire de sexe bizarrehistoire insolite de sexeenculee par surprisecaresse sous la tablesexes enormesrecits candaulistesrecits candaulistehistoire de sexe vecuhistoire de sexe au collegehistoire etotiquehistoire erotique et de sexeune histoire de sexe gayhistoire erotique trioelle suce son gendrehistoire de sexe .netwww.candaulisme.frhistoires de cocusje baise ma petite fillehistoires erotiques incestesite erotiquehistoire de sexe premiere foishistoire de sexe matureshistoires de cul en famillerecits erotiques lesbienssexe en groupehistoire premiere sodomiemature erotiquehistoire de sexe gynecohistoire de sexe gynecopremier trio hhfhistoire de sexe blogma cousine me branlehistoire de sexe excitantehistoire de feminisation forceeenculee par surprisenouvelle histoire de sexeenculer par sa femme